RMC

François Hollande pour un contrôle partiel de certaines banques

Interrogé sur le programme d'Arnaud Montebourg qui propose de mettre les banques "sous tutelle", François Hollande, qualifié pour le second tour de la primaire socialiste, s'est prononcé lundi pour un contrôle partiel des banques par l'Etat quand ce derni

Interrogé sur le programme d'Arnaud Montebourg qui propose de mettre les banques "sous tutelle", François Hollande, qualifié pour le second tour de la primaire socialiste, s'est prononcé lundi pour un contrôle partiel des banques par l'Etat quand ce derni - -

PARIS (Reuters) - François Hollande, qualifié pour le second tour de la primaire socialiste, s'est prononcé lundi pour un contrôle partiel des...

PARIS (Reuters) - François Hollande, qualifié pour le second tour de la primaire socialiste, s'est prononcé lundi pour un contrôle partiel des banques par l'Etat quand ce dernier y a une participation.

Le député de Corrèze était interrogé sur le programme d'Arnaud Montebourg, "troisième homme" du premier tour la primaire en vue de l'élection présidentielle, qui propose de mettre les banques "sous tutelle".

"Pour le socialiste que je suis, il y a des situations où il faut que l'Etat intervienne", a déclaré François Hollande sur France 3.

"Pas toutes les banques mais celles qui demandent la participation de l'Etat doivent être sous le contrôle partiel de l'Etat", a-t-il estimé.

François Hollande a dit qu'il lirait "avec beaucoup d'attention" la lettre ouverte qu'Arnaud Montebourg doit publier à l'adresse des deux candidats qualifiés pour le second tour de la primaire, François Hollande et la maire de Lille Martine Aubry.

"J'entends les préoccupations des électeurs d'Arnaud Montebourg", a-t-il déclaré.

"Ils ont voulu dire quelque chose sur la régulation insuffisante de la mondialisation, sur la finance, sur un certain nombre de dérives dans la République, j'entends cela", a-t-il ajouté.

Voir aussi:

Les banques, invitées surprise de la campagne pour 2012

(Elizabeth Pineau, édité par Jean-Baptiste Vey)

REUTERS