RMC

Fusillade à Trappes: "Moussa était quelqu'un en or"

Trois jours après la fusillade qui a coûté la vie à Moussa, un adolescent de la commune, les habitants de Trappes organisent ce lundi soir une marche blanche en hommage au collégien. Et tous veulent comprendre ce qu'il s'est passé.

Les habitants de Trappes sont inconsolables. Ce lundi, trois jours après la fusillade qui a coûté la vie à Moussa, un adolescent de la commune, ils vont rendre un dernier hommage au collégien de 14 ans lors d'une marche blanche. Car, en bas de tours, Moussa était très apprécié: membre du conseil municipal des jeunes, il faisait également partie du club de foot local, où il se rendait plusieurs fois par semaine. En classe de 3ème, il revenait d'un séjour pour préparer le brevet des collèges. Ses camarades de classe, Meriem et Moziah, refusent encore de croire qu'il ne reviendra pas.

"C'était quelqu'un en or. Il voulait avoir son brevet pour rendre fière sa famille… Franchement, il ne mérite vraiment pas ce qu'il lui est arrivé… Je maudis ceux qui lui ont fait ça", témoignent-ils en colère. Colère d'autant plus grande que Moussa était un enfant sans histoire et que la tension était palpable depuis plusieurs mois. "Les animateurs ont tiré le signal d'alarme. Il y a eu des coups de feu, il y a des exacerbations entre enfants… Tout le monde est au courant", assure Abdel, l'un des grands frères de la cité.

"Trappes risque d'être victime de cette situation"

Mais ce dernier tient à préciser: "Il faut redorer le blason de Moussa. Ce n'est pas un délinquant, jamais connu des services de police… Ce n'est pas quelqu'un de la rue, il ne traînait pas à point d'heure… C'est quelqu'un de super sympa, de super gentil. Il n'y est pour rien dans cette histoire. C'est une victime comme Trappes risque d'être victime de cette situation. Il ne faut pas exacerber les jeunes entre eux. C'est quelque chose qui serait terrible pour nous ! Nous, ce qu'on veut c'est que ça ne se reproduise pas".

Alors que faire pour éviter un nouveau drame? Sabrina Nebbati, militante associative, appelle les élus à agir. "Plus d'une fois je me suis rendue à la mairie de Trappes en disant: 'Qu'est-ce que vous faites pour nos gamins? Qu'est-ce que vous faites de concret à part venir au moment des élections pour avoir des voix? Mais au cœur du problème ils n'y vont pas ! Ils font la sourde oreille, ils ne s'y intéressent pas !"

Maxime Ricard avec Juliette Droz