RMC

Georges Salines, père d'une victime du Bataclan: "Cette répétition suscite une horreur particulière"

-

- - RMCD

Les attentats à Bruxelles de ce mardi ont fait au moins 34 morts. Un écho douloureux pour les familles des victimes des attentats du de Paris. Georges Salines, père de Lola, décédée au Bataclan le 13 novembre, s'est dit "submergé par l'émotion" à l'annonce de ces nouveaux attentats.

"Un retour d'expérience, une remontée d'émotion". C'est ainsi que Georges Salines décrit le moment où il a appris que de nouveaux attentats avaient été commis, à Bruxelles cette fois. Les explosions, une dans l'aéroport, l'autre dans le métro bruxellois, ont fait au moins une trentaine de victimes.

Le 13 novembre, c'est Lola, la fille de Georges Salines, qui était tuée au Bataclan. "Ce matin j'ai été submergé par l'émotion en apprenant ce qui s'était passé à Bruxelles. Je pense aux victimes et à tous les proches qui doivent être en train d'essayer d'entrer en contact avec quelqu'un qui ne répond pas. Je sais exactement ce qu'ils doivent éprouver, et je leur assure toute ma solidarité", assure-t-il.

Cette nouvelle attaque revendiquée par l'Etat islamique renvoie ce père, également président de l'association "13 novembre: fraternité et vérité", à de tragiques souvenirs: "Ca réveille la douleur, ça réveille les souvenirs, c'est difficile pour nous aussi".

La terreur permanente, "ce n'est pas une manière de vivre"

Et pour lutter contre l'enracinement du terrorisme, Georges Salines donnait son sentiment sur RMC: "Il faut aller à la racine du mal: travailler pour que les terroristes ne puissent pas se cacher dans des quartiers où on ne les dénonce pas, il faut recréer du lien avec les habitants de ces quartiers".

Son association œuvre déjà au rapprochement avec d'autres organismes: "Nous devons resserrer les liens avec les associations de victimes, essayer de combattre ensemble le terrorisme. On a déjà quelques contacts avec des victimes d'évènements antérieurs ou des associations qui essaient d'œuvrer au plan international pour prévenir le terrorisme".

Et de livrer un message d'espoir: "Il faut combler les fossés, essayer de renverser la vapeur et aller vers un monde où on ne sera pas obligés de vivre dans une terreur permanente. Ce n'est pas une manière de vivre".