RMC

Grèce: les autorités dépassées par l'afflux de migrants

-

- - AFP

REPORTAGE - Les autorités grecques font face à très fort un afflux de migrants, venus de Syrie, d'Irak ou de Somalie.

La Grèce est une autre porte d’entrée vers l’Europe. Un deuxième "Lampedusa". Depuis le début de l’année, plus de 55 000 personnes sont arrivés sur les îles grecques, depuis la Turquie. Ils arrivent en bateau, sur les petites îles de l’Est de la Grèce. Certaines n’étant qu’à quelques kilomètres des côtes turques. Ils sont Syriens pour la majorité, mais aussi Afghans, Irakiens, Somaliens.

Il est 5h30 matin. Le soleil se lève. On aperçoit 3 silhouettes sur le bord de la route. 3 garçons de 17 ans, Afghans. Ils marchent depuis plus d’une heure.

"On est parti hier soir de Turquie dans un bateau pneumatique, racontent-ils. On a ramé toute la nuit. On ne savait pas trop où aller, on s’est laissé guider par les lumières de l’île".

"Il faudrait un camp militaire énorme"

Ces jeunes Afghans prennent la direction de camps installés dans la capitale. Ils y resteront le temps qu’on leur accorde leur autorisation de se rendre à Athènes.

Mais cette attente est très longue, pour Heider, qui a fui la Syrie. "La nuit, il fait très froid, et la journée très chaud. On n’a même pas de toilette".

Yorgos qui travaille pour le haut-commissariat aux le reconnait, ils sont complètement dépassé. "Face à un tel afflux de gens, il faudrait un énorme camp militaire pour accueillir des gens, des équipes professionnelles, des ONG, des bénévoles".

Une fois arrivés à Athènes, tous ces migrants seront lâchés dans la nature. Certains tenteront de rejoindre l’Allemagne, d’autres la Grande-Bretagne ou encore la Suède.

Marie Regnier et E.B.