RMC

Grève générale des médecins: "C'est ça ou mourir"

Les médecins sont en grève ce vendredi

Les médecins sont en grève ce vendredi - PHILIPPE HUGUEN / AFP

REPORTAGE - Tous les professionnels de santé sont invités à faire grève vendredi contre le projet de loi de Marisol Touraine et la généralisation du tiers payant. A Toulouse, le mouvement devrait être largement suivi, et plus particulièrement dans les cliniques privées.

"Journée santé morte", "blocage sanitaire", "black friday" … de nombreuses blouses blanches resteront au placard ce vendredi. En effet, tous les professionnels de santé sont invités à faire grève aujourd'hui contre le projet de loi Santé de Marisol Touraine qui prévoit notamment le tiers payant généralisé d'ici 2017. Concrètement, généralistes, spécialistes et chirurgiens font front commun avant le retour du projet de loi en deuxième lecture à l'Assemblée nationale lundi prochain.

Un mouvement qui devrait donc largement être suivi et notamment à Toulouse où dès jeudi soir c'était déjà un peu la pagaille. Par exemple, Jeannette, 70 ans, une patiente venue spécialement du Cantal pour se faire soigner, devait rencontrer son médecin à la clinique. Mais son rendez-vous a été annulé à la dernière minute ce qui l'a profondément mise en colère: "Ils ont certainement des raisons mais au moins qu'ils nous préviennent. Moi j'habite à 220 kilomètres et je me suis déplacée en train pour rien".

"Si cette loi passe, c'est une catastrophe"

Pourtant, Aurélie Hameline, urgentiste dans une clinique privée toulousaine, assure que rien n’a été laissé au hasard. "Des interventions ont été déprogrammées ou reportées pour éviter d'avoir des patients nécessitant une surveillance accrue et permettre aux médecins libéraux de pouvoir faire grève sans mettre en danger la santé de leurs patients", certifie-t-elle.

A Toulouse ce vendredi toutes les cliniques privées vont dibctourner au ralenti. Urgences fermées, pas de consultations, seules les dialyses et les chimiothérapies seront assurées. Du jamais vu dans la région ! "C'est la première fois que je ferme mon cabinet dans le cadre d'une grève, confirme Marie-Hélène Rougie, neurologue. J'ai conscience que l'on va gêner mais j'ai surtout conscience que, si cette loi passe, c'est une catastrophe pour le système de santé de toute la France. L'enjeu me paraît donc bien plus grave".

"Un gouvernement totalement autiste"

Et d'ajouter: "Je pense qu'il vaut mieux gêner quelques jours plutôt que de laisser passer cette loi qui est dangereuse pour tout le monde". "Moi je suis urgentiste depuis 25 ans et c'est la première fois que je vais quitter mon service, confie François Esca, urgentiste à la clinique d'Occitanie à Muret près de Toulouse. Il n'y aura pas de relève. C'est ça où mourir. Cela fait deux ans qu'on dit, que l'on crie, que l'on hurle, que l'on manifeste… Mais nous avons face à nous un gouvernement totalement autiste. Et quand vous êtes devant un mur, vous n'avez pas le choix donc on bloque tout. Elle (Marisol Touraine, la ministre de la Santé) veut nous faire disparaître? Eh bien on va voir ce qu'il se passe quand on n'est pas là".

Dans les faits, selon les syndicats, 98% des médecins devraient débrayer aujourd'hui à Toulouse et le mouvement pourrait se poursuivre comme l'explique Cyrille Chaugne, président de SOS Médecins de la ville: "Nous sommes en grève aujourd'hui, nous sommes en grève lundi et si nécessaire nous poursuivrons. On a besoin de montrer à ce gouvernement, qui ne nous a pas écoutés jusqu'à présent, que sans la médecine libérale le système sanitaire est bloqué".

Maxime Ricard avec Jean-Wilfrid Forquès