RMC

Grève SOS Médecins: "Après minuit, le patient n’aura plus le choix: il faudra appeler le 15"

La grève de SOS médecin dimanche est "massivement" suivie. (Photo d'illustration)

La grève de SOS médecin dimanche est "massivement" suivie. (Photo d'illustration) - AFP

TEMOIGNAGES RMC - SOS Médecins est en grève pour 24 heures, pour protester contre le projet de loi de santé qui risque, selon l’association, de supprimer "le médecin libéral de garde la nuit". Ce qui est déjà le cas dans le Nord pas de Calais et en Lorraine.

Nouvelle grève chez SOS médecins, depuis ce dimanche matin, 8 heures, pour une durée de 24 heures. Une grève "massivement" suivie, pour protester contre le projet de loi de santé, qui donne un pouvoir accru aux Agences régionales de Santé.

Les ARS pourront décider d’interdire, si elles le souhaitent, les visites à domiciles des médecins libéraux la nuit selon l’association. Cela signifie que les patients sont obligés d'aller aux urgences, déjà engorgées.

"Le patient n'aura plus le choix"

Plus de médecin de garde la nuit, c'est déjà le cas dans le Nord pas de Calais et en Lorraine. Entre minuit et 8 heures du matin, dans ces régions, SOS médecin n'a plus le droit d'exercer. Serge Smadja, le secrétaire général de l'association est en colère.

"A chaque fois que vous aurez besoin d’un médecin, après minuit, il va falloir appeler le 15, ou aller à l’hôpital, regrette-t-il. Le patient n’aura plus le choix. Ce n’est pas une situation acceptable".

"On nous empêche de travailler"

Une décision d’autant moins compréhensible que dans ces régions, il y a des volontaires prêts à travailler la nuit.

"Nous sommes dans une situation où on veut travailler, et on nous empêche de travailler", reprend le secrétaire général de SOS Médecins.

"Un confort énorme"

En intervention, il en discute avec ses patients. Cécile, maman du petit Ulysse, est bien contente de pouvoir faire appel à un médecin, à toute heure du jour et de la nuit.

"C’est un confort énorme de les avoir, témoigne-t-elle au micro de RMC. Quand on en a la possibilité et les moyens, c’est aussi une possibilité d’éviter d’aller saturer les services d’urgences. C’est mieux pour tout le monde".

Et pour sensibiliser davantage ses patients, l'association a lancé une pétition en ligne.

C. P. avec Juliette Droz