RMC

Guéant, «membre d'honneur du FN» malgré lui

Marine Le Pen a ironisé jeudi sur le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant (photo) qui pourrait être à ses yeux adhérent d'honneur du Front national après avoir déclaré que les Français avait le sentiment de ne plus être chez eux. Le PS a accusé l'ancien

Marine Le Pen a ironisé jeudi sur le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant (photo) qui pourrait être à ses yeux adhérent d'honneur du Front national après avoir déclaré que les Français avait le sentiment de ne plus être chez eux. Le PS a accusé l'ancien - -

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'est attiré les foudres de l'opposition et l'ironie du Front National - qui l'a symboliquement fait membre d'honneur du parti - en déclarant que « les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux ».

Le ministre de l'Intérieur avait déclaré jeudi que "les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux."

Dans Le monde, daté de jeudi, il avait déjà déclaré: "Les Français veulent que la France reste la France."

Claude Guéant "pourrait être adhérent d'honneur du Front national puisqu'il est touché par la grâce, sauf que cela n'annonce que les prochaines élections", a déclaré la présidente du Front national sur LCI.

Pour Marine Le Pen, les propos du ministre de l'Intérieur relèvent de "l'enfumage habituel sarkozyste" et de la tentative de récupération politique.

"La réalité, c'est les chiffres", a dit Marine Le Pen selon qui l'immigration légale a augmenté en un an de 42%.

A gauche, le numéro 2 du Parti Socialiste Harlem Désir a reproché au ministre de l'Intérieur de courir après le Front national. "Guéant double le FN sur sa droite", a-t-il écrit sur Twitter, ajoutant que "c'est quand l'Etat n'est plus dirigé par des Républicains que 'les Français ne se sentent plus chez eux'".

En revanche, pour le député UMP Eric Ciotti, chargé au parti du dossier de la sécurité, Claude Guéant "a tenu un langage de vérité, il a relayé ce que les Français nous expriment dans nos villes, nos villages".

"Le Parti socialiste est une fois de plus dans l'erreur en niant l'évidence. Les prières dans la rue, les menus dédiés dans les restaurants scolaires ou d'entreprises, le port du niqab, les équipements sportifs réservés à certaines religions comme l'avait fait Martine Aubry à Lille, sont autant de sujets qui préoccupent nos concitoyens", écrit-il dans un communiqué.

REUTERS