RMC

Harcèlement et violences sexuelles dans les transports: ce que prévoit le gouvernement

Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des Droits des femmes, a présenté ce jeudi sur RMC son Plan national de lutte contre le harcèlement et les violences sexuelles dans les transports en commun.

C'est un constat accablant: d'après le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, toutes les femmes qui prennent les transports en commun ont été victimes au moins une fois de remarques sexistes, de harcèlement ou d'agression sexuelle. Pour tenter d'éradiquer ces comportements contre les femmes, le gouvernement présente ce matin un Plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun. Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des Droits des femmes, est venue ce jeudi matin chez Jean-Jacques Bourdin pour présenter ce plan qui comprend 12 mesures. "D'avoir une main aux fesses, des réflexions déplacées, ce n'est pas acceptable. On met en place des dispositifs concrets", estime Pascale Boistard. Voici les principales mesures de ce plan.

Mettre fin aux publicités sexistes dans le métro

Le Plan prévoit d'abord la suppression des publicités à caractère sexiste dans les transports en commun. "Nous allons travailler avec les publicitaires et les transporteurs pour que les espaces dans les transports ne soient pas consacrés à alimenter ce harcèlement sexiste à travers des images dégradantes de la femme, explique Pascale Boistard. On ne peut pas à la fois lutter contre le harcèlement sexiste et continuer à produire des images qui dégradent la femme et qui la fait considérer comme un objet à disposition de tous".

Instauration de l'alerte par SMS en cas d'agression

La secrétaire d'État chargée des Droits des femmes veut également qu'il soit possible de signaler à tout moment une agression contre une femme, en permettant aux voyageurs de prévenir les forces de l'ordre par SMS. "Quand on assiste à un acte répréhensible, on peut avoir peur d'intervenir. Là vous pouvez discrètement alerter par SMS le centre de sécurité de la SNCF qui peut dépêcher des agents. C'est le 3117 qui existe déjà pour la SNCF (une étude est également lancée sur ce sujet à la RATP). On travaille aussi sur des applis plus discrètes et plus efficaces de géolocalisation".

Arrêt à la demande pour les femmes dans les bus de nuits

S'appuyant sur l'exemple du Canada, où le système est instauré, le gouvernement veut permettre aux femmes voyageant la nuit sur les lignes de bus de pouvoir être déposées près de chez elle, sans attendre un arrêt. "A partir d'une certaine heure pour les femmes c'est assez difficile de rentrer chez elle. L'arrêt à la demande les rapprocherait au plus près de leur domicile et ça rassure. Ça fonctionne bien au Canada", assure Pascale Boistard.

Grande campagne de mobilisation

"A l'automne nous allons lancer aussi une grande campagne de mobilisation contre ces actes et propos proférés au quotidien à l'encontre des femmes", nous dit Pascale Boistard.

Pas de wagons réservées aux femmes

Le plan du gouvernement veut aussi favoriser la mixité dans les entreprises de transport, et mieux former les personnels des entreprises de transport pour mieux accompagner les victimes.

Par contre, le gouvernement ne souhaite pas mettre en place les wagons réservées aux femmes dans les transports publics. "Des pays ont décidé de le faire, mais ce n'est pas notre projet de société. Nous souhaitons que tout le monde puisse vivre les uns avec les autres, mais avec respect, c'est pourquoi nous mettons en place un certain nombre de mesures pour mobiliser la société.

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin