RMC

Hé ho la gauche: L'initiative personnelle de M. Le Foll est surréaliste

EDITO - La plupart des sondages le démontrent, la cote de popularité de François Hollande est au plus bas. Il serait même certain que ce dernier serait éliminé au second tour des prochaines élections présidentielles. Face à cette situation délicate, 24 ministres, à l'initiative de Stéphane Le Foll, vont se retrouver en meeting ce soir pour soutenir le chef d'État. Pour Maurice Szafran, cette idée est à la fois surréaliste, hors du temps et ne répond à aucune des vraies questions des Français

A l'initiative du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, une vingtaine de ministres se retrouveront ce lundi soir en meeting dans un amphithéâtre à la faculté de médecine de Paris. Ça s'appelle "Hé Ho la Gauche", et c'est fait pour soutenir François Hollande...

Disons le sans détour ni manière, cette initiative personnelle de Stéphane Le Foll est tout à fait surréaliste, hors du temps, hors de propos et ce, pour au moins quatre raisons:

1. Dans la foultitude de sondages publiés, François Hollande est éliminé de tous les seconds tours de l'élection présidentielle, quels que soient les cas de figure.

2. Pire, il est désormais talonné au premier tour par Jean-Luc Mélenchon et le président pourrait bientôt se retrouver au quatrième rang. J'ai bien dit quatrième...

3. Le cas Macron provoque un nouveau séisme de grande amplitude au sein du gouvernement, du PS, de la majorité et de la gauche toute entière, sous les regards ébahis qui, en effet, constatent l'autorité du chef de l'état chaque jour atteinte et sapée davantage.

4. Et le cas Valls n'est pas davantage réglé puisque de très nombreux responsables socialistes considèrent, sans oser le dire à haute et intelligible voix, qu'en réalité le premier ministre est un homme de droite égaré dans leurs rangs.

Confrontés à ce tableau à la limite de l'apocalypse, que s'apprêtent-ils à nous chanter ce soir, les ministres hollandais réunis autour de Le Foll qui fut, jadis au Parti Socialiste, le directeur de cabinet du 1er secrétaire Hollande? Que le Hollande bashing est devenu une névrose obsessionnelle. Que le bilan des quatre premières années de la présidence Hollande n'est pas si mauvais- même si la plupart des Français, et de très nombreux électeurs socialistes, pensent l'inverse...

Mais ils n'auraient pas forcément tort, ces ministres. La situation économique et sociale s'améliorent, l'ensemble des indicateurs le montrent...

Vous avez raison et les Hollandais pur jus, les Hollandais pur sucre ne vont pas manquer de le seriner ce soir, de s'en féliciter, de s'en gargariser. Le gouvernement a recruté des enseignants. Le gouvernement a réduit le déficit de la sécurité sociale sans déremboursement. Le gouvernement a généralisé le tiers payant. Le gouvernement a réformé les retraites. Le gouvernement a imposé le remboursement de l'IVG. Le gouvernement a instauré la prime d'activité. Et c'est vrai, ce bilan n'est pas négligeable... Et pourtant, près de 80% des Français ne veulent pas en tenir compte. Ils ne comprennent rien à la façon de faire du président et de son gouvernement. Cela fait quatre ans, quatre longues années, que les Français guettent un effort de pédagogie, que le président mette enfin son action en perspective, qu'il leur raconte la France et le destin de la France. Rien. Une incapacité chronique à cette prise de hauteur. Et quand, dans le même temps, le chômage ne cesse de progresser, la situation politique se tend chaque jour davantage.

Au moins, Manuel Valls et Emmanuel Macron font-ils eux cet effort de pédagogie et d'explication...

Mais Stéphane Le Foll ne les a convié ni l'un ni l'autre à la faculté de médecine ce soir. La preuve tangible qu'ils n'appartiennent pas, qu'ils n'appartiendront jamais à la famille hollandaise. C'est d'ailleurs sans aucun doute leur chance, leur grande chance politique. Stéphane Le Foll préfère en effet laisser la parole à la ministre ex-Verte Emmanuelle Cosse qui ne représente rien ni personne, ainsi qu'au radical de gauche Jean-Michel Baylet l'incarnation de cette politique que les Français ne supportent plus. François Hollande mérite mieux, bien mieux, que ce meeting de pacotille. Manuel Valls a-t-il raison de prétendre que la présidentielle, en 2017, se jouera sur la question identitaire qui tarabuste tant les Français? Emmanuel Macron est-il pertinent quand il dénonce une gauche qui ne le satisfait pas? Voilà deux vraies, deux bonnes, questions. Stéphane Le Foll et ses amis hollandais éviteront soigneusement d'y répondre. C'est notamment cela que les électeurs ne leur pardonnent pas.

Maurice Szafran