RMC

Henri Guaino : Dieudonné "ne me fait pas rire du tout"

Henri Guaino, député UMP et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

Henri Guaino, député UMP et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. - -

Le député UMP des Yvelines était l'invité de RMC et BFMTV mardi matin. Dans ses voeux pour 2014, il souhaite une unité retrouvée pour la France et le retour de Nicolas Sarkozy.

En cette fin d'année, de voeux et de bonnes résolutions, Henri Guaino a formulé les siens pour l'année 2014 à venir. "Que la France retrouve son unité et sa cohésion qui ont été tellement mises à mal depuis deux ans", a-t-il souligné sur RMC et BFMTV, ce mardi.
Pas le retour de Nicolas Sarkozy? "J'aimerais qu'un jour il revienne, oui. Mais laissons du temps au temps comme disait François Mitterrand", a répondu Henri Guaino.

Nicolas Sarkozy, sauveur de l'Europe?

Il faut dire que l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy est l'un de ses premiers supporters. Au point d'avoir été sélectionné pour le prix de l'humour politique pour sa petite phrase : "Si Nicolas Sarkozy n'avait pas été là, il n'y aurait plus de démocratie en France, en Europe et dans le monde." "Moi qui n'ai pas d'humour, ça me fait sourire. Ce n'était pas de l'humour, c'était sérieux. Certains esprits taquins n'ont pas pris la mesure de ce qu'il s'était passé à la fin de l'année 2008, avec la crise bancaire et que tout menaçait de s'effondrer", a-t-il assuré, estimant que la crise de 2008 était "pire que celle des années 30".

"Nicolas Sarkozy a joué un rôle décisif. Si Nicolas Sarkozy et Gordon Brown n'avaient pas pris en main, avec beaucoup de volonté et d'énergie, cette crise, l'effondrement aurait eu des conséquences bien pires que celles que nous avons vécues."

Dieudonné

Puis Henri Guaino s'est exprimé sur Dieudonné, au centre d'une polémique concernant le geste de la "quenelle". Dieudonné "ne me fait pas rire du tout. Il y a quelque chose de nauséabond dans tout ça, ça me met très mal à l'aise", a-t-il déclaré.

"Ce n'est pas qu'un problème de trouble à l'ordre public, il y a un problème d'incitation à la haine raciale qui doit être regardé de très près. Quand on fait ces gestes devant une école juive où des enfants ont été massacrés ou devant le Memorial de la Shoah à Berlin, il y a une signification qui ne doit échapper à personne", a-t-il souligné, citant le film La vague, lorsqu'un professeur de philosophie enseigne un geste de reconnaissance à ses élèves, jeu qui va très vite déraper.

Favorable à l'encadrement des spectacles de Dieudonné et à l'initiative de Manuel Valls, Henri Guaino ne prêche toutefois pas leur interdiction. "Valls n'a pas dit qu'il allait interdire les spectacles de Dieudonné, il ne le peut pas", a-t-il rappelé. "L'interdiction est très difficile, c'est quelque chose qu'il faut manipuler avec beaucoup de soin, a-t-il poursuivi. Il n'est pas question de tout interdire."

La rédaction