RMC

Hôtel dans le château de Versailles: "C'est notre patrimoine, conservons-le!"

-

- - AFP

L'Établissement public du château de Versailles a lancé un appel d'offres pour la transformation en hôtel d'un ensemble de trois bâtiments longeant le Parterre de l'Orangerie. Une idée qui ravit les touristes mais pas forcément certains défenseurs du patrimoine historique.

Imaginez-vous dormir tel un roi ou une reine en plein cœur du château de Versailles ! L'idée plaît en tout cas aux touristes rencontrés dans la cité royale par RMC: "On jouerait les princesses! Les Marie-Antoinette de 2015", s'enthousiasme une jeune fille.

L'Établissement public du château de Versailles vient de relancer un appel d'offre pour transformer en hôtel de luxe trois bâtiments du domaine. Il s'agit du Grand Contrôle, du Petit Contrôle, et du Pavillon des premières cent marches. Les bâtiments longent le parterre de l'Orangerie. En tout ce sont 2.800 mètres carrés, laissés à l'abandon depuis 2008, qui reprendraient vie.

"C'est encore une question d'argent"

Une idée qui ne réjouit pas du tout Arnaud Upinsky, président de l’association Coordination défense de Versailles: "On transforme un lieu de prestige, ce n'est plus un lieu de prestige, c'est un hôtel. C'est encore une question d'argent. Il y a une chose qui marche encore en France, c'est notre patrimoine, conservons-le!"

François de Mazière, le maire de la ville de Versailles, préfère quant à lui, tempérer: "Ce bâtiment, ce n'est pas dans la galerie des Glaces, c'est un bâtiment très dégradé, mieux vaut qu'un bâtiment historique revive plutôt qu'il soit progressivement détruit".

Il y a quand même un point sur lequel tout le monde s’accorde : l’architecture intérieure de l’hôtel devra être à l’image de Versailles: classique et d’époque. L'entreprise qui remportera l'appel d'offres devra débourser entre 8 et 11 millions d'euros d'investissement, dont au moins 4 pour restaurer les lieux.

La concession, lorsqu’elle sera décidée, sera accordée pour 60 ans. AccorHotels, l'un des géants du secteur, s'est déjà porté candidat. Les entreprises candidates ont jusqu’au 14 septembre pour se déclarer.

La rédaction avec Marie de Fournas