RMC

Il y a des parents qui font des enfants comme on fait ses courses au supermarché

En Allemagne, 20% des parents regrettent d'avoir eu des enfants (photo d'illustration).

En Allemagne, 20% des parents regrettent d'avoir eu des enfants (photo d'illustration). - AFP

Pression au quotidien, nostalgie de la vie d'avant… En Allemagne, un parent sur cinq regrette d'avoir eu des enfants, selon un sondage réalisé en juillet. Le psychologue Didier Pleux, auteur des "10 commandements du bon sens éducatif" (Odile Jacob), reconnaît qu'il est plus difficile d'être parent aujourd'hui, mais dénonce des comportements égocentriques.

"En consultation, je vois surtout et de plus en plus des parents qui sont dans les difficultés avec leurs jeunes enfants. Il y a beaucoup de parents qui se rendent compte que ce n'est pas comme avoir un jouet: il y a plein de contraintes, il y a de la frustration. Avec la génération Y (personnes nées entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990), on a des parents qui font des enfants comme on achète quelque chose dans un supermarché, et qui se rendent compte qu'avec un enfant il y a des rites, des contraintes.

Malheureusement, on a de plus en plus d'enfants rois et donc on a de plus en plus de parents qui ne supportent plus leurs enfants.

Comme ces parents-là ne veulent pas vraiment être parents, c’est-à-dire faire de l'éducation, ils rentrent dans une grande permissivité eux-mêmes et donc dans ce cas-là, même à très bas âge l'enfant prend le pouvoir. Les parents en ont alors ras-le-bol et ont le réflexe d'aller chez le psy. Or, le problème n'est pas psychologique, c'est un problème éducatif.

"On veut jouir de la vie, mais ce n'est pas facile avec un enfant"

C'est vrai que certains parents sont tellement égocentriques: 'j'ai envie de vivre pour moi'. Ceux qui vivent dans la notion de plaisir immédiat, arrêtent dès que ça les gave (sic): mon conjoint me gave, j'arrête ; mes enfants me gavent, donc je vais chez le psy ou je n'en veux plus.

Je ne jette pas la pierre aux parents actuels, ils ne savent pas éduquer parce qu'on ne leur a pas appris.

Il y a cinquante ans, c'était plus facile pour un parent, l'enfant était élevé entre le curé, l'instituteur, la voisine, les grands parents... Ce qui est difficile aujourd'hui, c'est qu'on veut avoir du plaisir dans un contexte de réalité qui n'est pas toujours facile. Maintenant les gens veulent jouir de la vie, mais le problème c'est qu'avec un enfant on ne peut pas toujours jouir de la vie".

P. G.