RMC

"Ils ont besoin d'un lieu de recueillement": les moins de 40 ans de plus en plus nombreux à privilégier l'inhumation à la crémation

Ce vendredi 1er novembre, c'est la Toussaint. Vous serez donc nombreux à vous recueillir sur la tombe de proches. Une pratique que de plus en plus de personnes privilégient, même si le choix de la crémation reste majoritaire.

Une tendance qui peut surprendre. Les moins de 40 ans sont plus nombreux que leurs aînés à envisager l'inhumation, plutôt que la crémation, qui reste le premier choix des Français toutes catégories d'âge confondues.

"Quand bien même mon corps serait inanimé, je n’ai pas envie qu’on y touche"

C'est une étude du Crédoc, réalisée à l'approche de la Toussaint qui nous le révèle. 37% des 18-39 ans envisagent l'inhumation car pour eux, ça reste très important d'avoir un lieu de sépulture.

Théo n'a que 22 ans mais déjà un avis assez tranché sur la question. Pour lui ce sera plutôt un enterrement. Il ne veut pas que son corps soit réduit en cendres: "Il y a une importance du corps en tant que tel, c’est ce qui nous lie à la vie le corps puisque si on existe c’est à travers et par lui donc quand bien même il serait inanimé, je n’ai pas envie qu’on y touche".

Comme un tiers des jeunes qui veulent se faire inhumés, Alexandre qui est de confession juive y tient pour des raisons religieuses: "La question ne se pose pas pas, c’est pour des croyances personnelles. Le corps doit retourner à la terre, de la même manière qu’il est arrivé sur terre".

"Le corps doit retourner à la terre, de la même manière qu’il est arrivé sur terre"

Les jeunes générations auraient aussi davantage besoin d'un lieu pour se recueillir comme l'explique Damien Le Guay, philosophe spécialiste des questions funéraires: "Les plus jeunes, s’inscrivent dans cette tradition là. Ils ont besoin qu’il y ait une tombe, un endroit, un lieu de recueillement. Un endroit où les morts sont enterrés et auprès desquels ils peuvent se recueillir".

Pendant la Toussaint, un français sur deux se rendra dans un cimetière pour rendre hommage à un proche

Mahauld Becker-Granier (avec Caroline Petit)