RMC

Ils rapatrient leur fils mourant en urgence, le fisc leur réclame 88.000 euros

-

- - Facebook

Matthieu, un jeune Français de 28 ans était parti travailler au Malawi. Il contracte le paludisme et tombe dans le coma. Sans assurance, il est rapatrié d'urgence en France. Le fisc réclame aujourd'hui à ses parents un peu moins de 88.000 euros.

Près de 88.000 euros. C'est le montant que doivent régler Claude et Patricia Jacquet au fisc, pour avoir fait rapatrier leur fils malade en France.

Matthieu, âgé de 28 ans, était parti au Malawi en septembre dernier pour un contrat d'un an en tant que cuisinier. Mais il a contracté là-bas la malaria. Début avril, son état s'est aggravé jusqu'à être plongé dans le coma.

Pour le sauver, la seule solution était de le faire rapatrier en France. Seulement, l'assurance rapatriement de Matthieu ne le couvrait plus depuis 4 mois. Le 7 avril, le consulat de France au Malawi a alors appelé les parents du jeune homme pour que ceux-ci fassent une reconnaissance de dette avant que l'avion qui allait rapatrier Matthieu ne décolle. Les parents ont donc signé pour sauver leur fils, même s'ils savaient que la somme était colossale.

"On ne pourra jamais rembourser l'Etat"

Patricia, la mère de Mathieu est scandalisée: "Quand on sait que son fils est mourant et qu'on est impuissant et que des gens vous disent qu'il faut signer un papier autrement on laisse mourir votre fils là-bas. Je trouve ça choquant. Demander une somme pareille dans de tels délais à une famille qui demande seulement que son fils revienne. On demande l'annulation, on ne pourra jamais rembourser l'Etat".

Le 3 août, ils ont reçu la note salée via le fisc qui leur réclame donc 87.600 euros, un montant à régler avant le 15 septembre. La famille a écrit au Président de la République pour tenter de faire effacer leur ardoise, ils sont aussi lancé une souscription via Facebook pour tenter de récolter une partie de la somme. Mais pour l'instant, s'ils ne réunissent pas la somme avant le 15 septembre, ils devront en plus payer des pénalités de retard, soit 10% de la somme exigée.

La rédaction avec CC.