RMC

Incendie d'un futur centre de SDF dans le 16e: "C'est profondément scandaleux"

Le futur centre d'hébergement pour SDF dans le XVIe arrondissement de Paris a été touché par un début d'incendie ce lundi matin. Le centre, très contesté par les riverains, doit ouvrir en novembre. RMC s'est rendue sur place.

Face à l'incendie qui a touché le futur centre d'hébergement pour SDF dans le XVIe arrondissement de Paris, les riverains sont partagés. "C'est fou! Par qui, pourquoi? C'est tout neuf, c'est un véritable gâchis", s'indigne une habitante. "C'est profondément scandaleux, inacceptable", renchérit un autre. Mais pour une troisième, ce n'est pas si grave: "Ce n'est pas grand-chose quand même, c'est sûrement pour dire qu'ils ne sont pas contents".

Un acte de vandalisme qui ne doit pas rester impuni, mais qui ne mettra pas l'avenir du centre en péril. Eric Plièze, directeur de l'association Aurore, à l'origine du projet est déterminé: "On va se donner les moyens de surveiller d'encore plus près dans une phase où on sait bien que l'ouverture prochaine peut exciter quelques mauvaises intentions. Ca veut dire du gardiennage supplémentaires et des caméras en plus. Nous ouvrirons quoi qu'il en soit. Aujourd'hui, rien ne nous empêche d'ouvrir dans les délais prévus".

"Je suis convaincu que les choses se passeront bien"

L'association porte plainte. De son côté, la mairie de Paris s'est constituée partie civile. L'adjoint en charge du logement Ian Brossat le promet, la ville ne cèdera pas: "Je trouve inacceptable de s'attaquer à un dispositif comme celui-là. Je suis convaincu qu'au final les choses se passeront bien c'est l'expérience que nous avons quand on installe un centre d'hébergement dans un quartier qui n'est pas habitué il y a d'abord des réactions très violentes et au final les choses se passent bien parce que chacun voit qu'on a affaire à des hommes et des femmes qu'on croise tous les jours et dont on s'aperçoit qu'ils n'ont pas de solutions d'hébergement".

Ce centre d'accueil ouvrira donc ses portes autour du 5 novembre, et accueillir près de 200 sans abris.

P.B. avec Anaïs Bouitcha