RMC

Incidents OM – OL: "Un retrait de points ? Il ne faut pas exagérer", dit Labrune

Le président de l'OM, Vincent Labrune.

Le président de l'OM, Vincent Labrune. - AFP

Le président de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, est revenu sur les incidents lors du match OM – OL. S'il condamne fermement les incidents de dimanche soir, il estime qu'un retrait de points contre son club serait une sanction disproportionnée.

Après les incidents lors du match OM – OL de dimanche soir, le président de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, sait que son club va être sanctionné par la commission de discipline de la Ligue, l'instance qui gère le football professionnel français. "Je comprendrai tout à fait que l'OM soit sanctionnée", déclare le président du club marseillais, invité ce mardi chez Jean-Jacques Bourdin. Mais selon lui, il y a tout de même une limite aux sanctions. Cette limite, c'est le retrait de points. "Un retrait de points ? Il ne faudrait pas exagéré. Il y a eu trois bouteilles sur le terrain", minore-t-il, promettant : "Ça ne se reproduira plus".

"Un dispositif particulier pour que Valbuena puisse tirer les corners"

Vincent Labrune estime que le club a fait tout ce qu'il fallait pour que le match se déroule dans de bonnes conditions. "Dimanche, il y avait 60.000 personnes dans le stade, on avait 850 stadiers, on a dépensé 250.000 euros pour que ça se passe dans les meilleurs conditions possibles. On a mis en place un dispositif tout particulier pour que Mathieu Valbuena puisse tirer ses corners en toute sécurité".

Seule erreur qu'il reconnaît, l'absence de filets de protection derrière les buts, qui auraient empêché les jets de projectiles sur le terrain. "On n'a jamais eu de problème de jets de projectiles. C'est arrivé lors de la dernière journée de championnat la saison passée, le 23 mai 2014. C'est la première fois qu'il n'y avait plus les filets de sécurité derrière les buts. J'ai alors donné l'ordre qu'on les remette. Mais je me suis rendu compte dimanche qu'ils n'avaient pas été remis. On nous a donné des explications techniques, puis financières (pour expliquer l'absence de ces filets)". Comme il l'a annoncé lundi soir sur RMC, ces filets feront leur retour "dès le week-end prochain".

"Une cinquantaine d'individus essaient de déstabiliser le club"

Quant aux fauteurs de troubles de dimanche, Vincent Labrune explique qu'ils n'ont pas encore été identifiés. "Cela fait plusieurs mois qu'une cinquantaine d'individus qui essaient de déstabiliser le club et son environnement en menant différent types d'opérations, explique-t-il. Ça a commencé en juin avec la dégradation de la commanderie (le centre d'entraînement de l'OM, NDR) avec des tags incendiaires contre la direction et l'actionnaire. Ça s'est poursuivi en marge du match à Groninguen jeudi avec une vingtaine d'énergumènes qui ont saccagé la terrasse d'un restaurant. Et ça s'est fini dimanche soir avec ces jets débiles de projectiles. On a une réunion cet après-midi avec le préfet de police pour essayer de faire la lumière sur ces individus qui n'ont rien à faire dans un stade de football".

S'il veut se débarrasser de ces fauteurs de troubles, Vincent Labrune le sait : "On ne pourra pas y arriver sans les groupes de supporters, qui doivent faire le ménage chez eux".

Philippe Gril avec Vincent Labrune