RMC

Inspirés par "Le Grand Bain", des hommes se lancent dans la natation synchronisée

Les nouveaux nageurs

Les nouveaux nageurs - Capture d'écran RMC Découverte

Plus de 4 millions de spectateurs ont suivi "Le Gand bain", réalisé par Gilles Lellouche, dans lequel des hommes se lancent dans la natation synchronisée, sans rien y connaitre. La fiction rejoint maintenant la réalité. A Écuires, dans le Pas-de-Calais, une dizaine d’hommes se rejoignent chaque semaine pour s'entraîner.

C’est un des films les plus vus au cinéma l’année dernière : Le Grand Bain, réalisé par Gilles Lellouche. Plus de 4 millions de spectateurs ont suivi 8 hommes qui se lancent dans la natation synchronisée, sans rien y connaitre. La fiction rejoint maintenant la réalité. Dans un petit village de Pas-de-Calais, à Écuires, près de Berck-sur-Mer, une dizaine d’hommes se rejoignent chaque semaine pour s’entraîner. Ils préparent une compétition régionale, qui a lieu ce dimanche. 

Les gestes sont encore hésitants mais la chorégraphie prend forme. Jean-Luc a 70 ans et avec cette aventure, c’est un peu comme s’il se redécouvrait: "C'est vraiment de l'aisance aquatique, de la maîtrise de soi et de son corps. Il faut faire beaucoup de choses à la fois, c'est une vraie découverte".

"Compliqué et physique"

"On apprend beaucoup de choses. Rien que les figures et la danse c'est beaucoup plus compliqué et beaucoup plus physique parce qu'il faut être bon en apnée", explique de son côté Corentin.

Jean-Louis lui, y voit une manière de combattre une phobie: "J'ai surtout essayé de vaincre ma peur de l'eau parce que ce n'est pas mon élément naturel. On prend du plaisir en se faisant un petit peur".

Lutter contre les préjugés

Le film Le Grand Bain les a inspiré mais c’est surtout pour lutter contre les préjugés et défendre son fils que Laurent a lancé cette équipe: "On lui a dit que c'était plus un garçon c'était une fille parce qu'il faisait de la natation synchronisée, qu'il ne savait pas nager et qu'il n'avait plus à être dans le vestiaire des garçons. On s'est dit entre papas qu'on allait montrer que nous aussi on pouvait le faire", explique-t-il.

L’objectif : gagner des prix. Dimanche, ils seront les meilleurs. Puisqu’ils sont les seuls en lice dans la compétition régionale. Ils espèrent avoir des concurrents dès la rentrée prochaine. L'initiative a été saluée par Gilles Lellouche, le réalisateur du film Le Grand Bain sur Twitter. Fin mars, ce dernier a lancé un expressif "Bravoooooooo!!!" en guise de soutien aux neuf papas.

Lionel Top (avec Guillaume Dussourt)