RMC

"Vous avez un cancer": les vœux terrifiants d'un cabinet médical anglais

(illustration)

(illustration) - Flickr/CC/Japanexpertna.se

Un cabinet médical du Yorkshire du Sud a envoyé un message alertant ses patients qu'ils avaient un cancer du poumon au lieu du traditionnel message de Noël.

Un cabinet médical du nord de l'Angleterre a fait une grosse frayeur à des centaines de patients en envoyant un message leur annonçant un cancer du poumon à la place de ses voeux de Noël, rapporte jeudi le quotidien The Sun.

Le 23 décembre à 15H49, les patients de ce centre de santé d'Askern, près de la ville de Doncaster, ont reçu un SMS sur leur téléphone:

"Diagnostic: cancer du poumon agressif avec métastases"

Le message leur demandait aussi de remplir les formulaires correspondant avant de lres remercier. A 16H11, un autre message suivait pour présenter des "excuses sincères": "Cela vous a été envoyé par erreur. Notre message aurait dû être le suivant: nous vous souhaitons un Joyeux Noël et une bonne année".

Une erreur qui ne passe pas

L'erreur n'a pas été du goût des patients, certains postant une capture d'écran des messages sur le groupe Facebook du cabinet accompagnée d'un message très énervé.

"Encore une énorme erreur de médecins nuls", a posté Carl Chegwin, tandis qu'un autre internaute a répondu en commentaire: "Tout le monde à Askern a reçu ce message!!"

Selon The Sun, parmi les destinataires du message figurait notamment un père de famille de 57 ans qui attendait des résultats d'analyses visant à déterminer s'il souffrait d'un cancer du poumon. Chris Reed a raconté au tabloïd avoir tenté de téléphoner au cabinet, en vain car la ligne était occupée. Il s'est rendu sur place et on lui alors annoncé que les analyses étaient négatives.

L'incident intervient alors que les relations sont souvent tendues entre les Britanniques et leurs "GP", ces centres de santé du système public de santé où ils sont censés pouvoir être suivis et soignés gratuitement mais qui sont débordés après des années d'austérité.

La rédaction avec AFP