RMC

Bande de Gaza: une trêve fragile, mais qui semble respectée

Dimanche 7 août 2022, une trêve a été instaurée à Gaza entre Israël et le Jihad islamique à 23h30, heure locale, après trois jours de violences. Pour l’heure, le cessez-le-feu semble respecté. Les autorités palestiniennes font état de 44 morts dont des enfants. Côté israélien, trois personnes ont été blessées, selon les secouristes.

C’est une trêve fragile mais qui, pour le moment, semble respectée. Dimanche 7 août 2022, à 23h30, heure locale, un cessez-le-feu a été instauré entre Israël et le groupe armé Jihad Islamique, à Gaza.

Elle a été obtenue grâce à une médiation de l’Egypte, le pays s'étant engagé à faciliter la libération de deux prisonniers du Jihad Islamique, incarcérés par Israël. L’émissaire de l’Onu pour le Proche-Orient, Tor Wennesland et le président des États-Unis, Joe Biden ont salué l’accord de trêve.

Des tirs avant le début de la trêve

Quelques minutes avant le début de la trêve, l'armée israélienne a dit avoir mené des frappes sur des positions du Jihad islamique à Gaza "en réponse à des roquettes tirées" vers le sud du territoire israélien. La dernière frappe a eu lieu à 23h25, selon l’armée israélienne.

Israël comme les autorités palestiniennes ont indiqué que toute violation de l’accord serait suivie d’une réponse.

Situation tendue sur place

La confrontation s’est intensifiée il y a trois jours, après le lancement d'opérations militaires de l'État hébreu, dans le cadre d’une “attaque préventive” contre le groupuscule du Jihad islamique. Depuis, la situation sur place est tendue. L’unique centrale électrique de Gaza est fermée depuis samedi par manque de carburant. Le principal hôpital, lui, manque de médicaments et d’électricité.

Selon le dernier bilan du ministère de la santé palestinienne, 44 personnes sont décédées, dont des enfants. En Israël, trois personnes ont été blessées par les tirs de roquettes, selon des secouristes.

C’est la pire confrontation depuis celle ayant opposé, en mai 2021, Israël aux groupes palestiniens armés de Gaza. En 11 jours, 260 Palestiniens et 14 Israéliens avaient été tués.

Garance Muñoz (édité par Astrid Bergere)