RMC

Charifa, musulmane des Pays-Bas: "Geert Wilders a ouvert la boîte du racisme"

-

- - -

Alors que les Néerlandais sont appelés aux urnes pour les législatives ce mercredi, RMC a rencontré deux musulmanes des Pays-Bas qui raconte que le regard sur elles a changé depuis la campagne hostile du populiste Geert Wilders, qui veut interdire la vente du Coran et fermer les mosquées.

Les Néerlandais sont appelés aux urnes ce mercredi pour les élections législatives. Un scrutin qui suscite l'inquiétude des musulmans hollandais, cible du candidat populiste Geert Wilders, qui n'a eu de cesse de les attaquer pendant la campagne. Aux Pays-Bas, les musulmans, essentiellement des turcs et des marocains, représentent environ 6% de la population. Ce qui n'empêche pas le candidat du Parti pour la liberté (PVV) de faire plusieurs propositions contre eux: il a promis, s'il devenait Premier ministre, de fermer les frontières aux immigrants musulmans, d'interdire la vente du Coran et de fermer les mosquées.

"Je suis née ici"

RMC a rencontré de jeunes néerlandaises d’origine marocaine, dans un quartier populaire et métissé de l’Ouest d’Amsterdam. Charifa et Mourraya sont nées aux Pays-Bas, leurs parents sont arrivés du Maroc dans les années 1970. "Je parle très bien la langue, j’ai étudié ici, je suis née ici", met en avant Charifa, alors que Mourraya explique: "on a dépassé ce stade de la question de notre intégration", qui ne fait aucun doute pour elles.

Depuis quelques mois, elles observent que le climat a changé, dans ce pays réputé pour son ouverture d'esprit. "A cause de Geert Wilders, la boite du racisme est ouverte", déplore Charifa. Certaines proches de Morraya, qui portent le voile, sont les premières victimes de cette radicalisation qui a atteint certains Néerlandais. "Dans mon environnement il y a beaucoup de femmes voilées qui sont insultées et qui se font même parfois battre, parce que leur voile les identifie comme musulmanes".

"Les musulmans ont aidé à bâtir ce pays"

Pourtant, les deux femmes ne veulent pas céder à la peur. "Les musulmans sont arrivés aux Pays-Bas bien avant la naissance de Geert Wilders", rappelle Charifa. "Les musulmans ont aidé à bâtir ce pays. Il n'est donc pas juste de dire qu'on est de la racaille, ou que l'on constitue un problème", ajoute Morraya, qui estime de toute façon que les idées de Geert Wilders "ne sont pas réalisables". Avant d'ajouter: "je n'ai pas peur d'aller en prison parce que j’ai le Coran dans mon placard".

P. Gril avec Marie Monnier