RMC

Corée du Nord: un missile de "type indéfini" lancé depuis le pays

Plusieurs missiles ont, à nouveau, été tirés depuis la Corée du Nord, ce jeudi (photo d'illustration).

Plusieurs missiles ont, à nouveau, été tirés depuis la Corée du Nord, ce jeudi (photo d'illustration). - STR © 2019 AFP

Au lendemain d'une salve record de tirs, la Corée du Nord a lancé, ce jeudi, plusieurs projectiles dont un missile balistique intercontinental (ICBM), qui aurait échoué et un autre de "type indéfini". Ces nouveaux tirs interviennent après l'annonce de la Corée du Sud et des États-Unis de poursuivre leur exercices militaires aériens.

La Corée du Nord a lancé, ce jeudi 3 novembre, de nouveaux projectiles au lendemain d'une salve record de tirs qui a porté à son comble la tension dans la région.

Quelques heures avant ces lancements, Séoul avait annoncé la poursuite des exercices militaires aériens menés avec les États-Unis.

Poursuivre ces exercices est "un choix très dangereux et mauvais", a estimé Pak Jong Chon, le secrétaire du Comité central du parti des travailleurs nord-coréen, selon un communiqué relayé par l'agence officielle KCNA.

Lancement d'un missile balisitique intercontinental

Selon l'état-major interarmées sud-coréen, trois premiers projectiles - deux missiles à courte portée suivis d'un missile balistique intercontinental (ICBM) - avaient été lancés jeudi matin par le Nord en direction de la mer du Japon.

"Le lancement d'un ICBM par la Corée du Nord s'est vraisemblablement soldé par un échec" pendant la séparation du deuxième étage de la fusée, a affirmé l'armée sud-coréenne.

Il aurait parcouru 760 km à une altitude maximale de 1.920 km et à la vitesse de Mach 15 (15 fois la vitesse du son).

Des alertes déclenchées en Corée du Sud et au Japon

Les sirènes d'alerte aérienne ont retenti pour le deuxième jour consécutif dans l'île sud-coréenne d'Ulleungdo, située à 120 km à l'est de la péninsule coréenne, ont rapporté les médias locaux.

Dans le nord du Japon, une alerte a aussi été déclenchée même si, contrairement à ce qui avait été annoncé par les autorités, le missile n'a pas survolé l'archipel. Selon le ministre de la Défense Yasukazu Hamada, le projectile a "disparu au-dessus de la mer du Japon".

Ce lancement "souligne la nécessité pour tous les pays d'appliquer pleinement les résolutions du Conseil de sécurité" des Nations unies sanctionnant la Corée du Nord, a affirmé de son côté le porte-parole du département d'État américain Ned Price.

Le 4 octobre, un missile balistique nord-coréen avait survolé le Japon pour la première fois en cinq ans.

AB avec AFP