RMC

Hausse des tensions entre la Corée du Sud et la Corée du Nord après des tirs de missiles

Au moins 17 missiles balistiques ont été lancés, ce mercredi, depuis la Corée du Nord. L'un d'eux est tombé près des eaux territoriales sud-coréennes (photo d'illustration).

Au moins 17 missiles balistiques ont été lancés, ce mercredi, depuis la Corée du Nord. L'un d'eux est tombé près des eaux territoriales sud-coréennes (photo d'illustration). - AFP PHOTO/KCNA VIA KNS

Pour la première fois en près de 70 ans, la Corée du Nord a tiré, ce mercredi, un missile qui a franchi la ligne marquant de facto la frontière maritime entre les deux Corée. Le président sud-coréen a qualifié ce tir "d'invasion territoriale de fait". En réponse: trois missiles air-sol ont été lancés près de la frontière maritime intercoréenne.

Nouvelle escalade entre les deux Corées. Au moins 17 missiles balistiques ont été lancés, ce mercredi, depuis la Corée du Nord. L'un d'eux étant tombé près des eaux territoriales sud-coréennes. Le président Yoon Suk-yeol a dénoncé une "invasion territoriale de fait".

Selon l'armée de Séoul, c'est "la première fois depuis la division de la péninsule" après la guerre de Corée en 1953 qu'un missile nord-coréen est tombé si près des eaux territoriales du Sud.

Ce tir a provoqué une rare alerte au raid aérien dans l'île sud-coréenne d'Ulleungdo, située à environ 120 km à l'est de la péninsule coréenne, où les habitants ont reçu la consigne de se réfugier dans des bunkers.

La Corée du Sud a répondu par des missiles

La Corée du Nord a également procédé à plus d'une centaine de tirs d'artillerie dans la "zone tampon" maritime entre les deux pays.

La Corée du Sud a annoncé dans la foulée avoir tiré, pour sa part, trois missiles air-sol près de la frontière maritime intercoréenne, en réponse à ces "provocations".

Une réunion du Conseil national de sécurité a été convoquée. Cet incident est considéré par les analystes comme l'un des plus agressifs et menaçants depuis plusieurs années.

Plus grave démonstration de force depuis 2010?

"Il s'agit d'une situation dangereuse et instable qui pourrait mener à des (affrontements) armés", d'après Cheong Seong-chang, chercheur.

La dernière démonstration de force de ce type a eu lieu en 2010, d'après lui.

Un sous-marin nord-coréen avait torpillé une corvette sud-coréenne, tuant 46 marins, en mars. En novembre de la même année, le Nord avait bombardé une île frontalière sud-coréenne, causant la mort de deux jeunes soldats.

Ce mercredi 2 novembre, la Corée du Sud a fermé plusieurs routes aériennes au-dessus de la mer du Japon, conseillant aux compagnies aériennes d'effectuer un détour pour "assurer la sécurité des passagers sur les routes en direction des Etats-Unis et du Japon".

Un grand exercice aérien en cours

Ces tirs de missiles se déroulent dans le même temps que le plus grand exercice aérien conjoint entre les États-Unis et la Corée du Sud, baptisé "tempête vigilante". Des centaines d'avions de guerre des deux armées y participent.

Ces exercices sont qualifiés "d'agressifs" et "provocants" par Pak Jong Chon, maréchal et secrétaire du Parti des travailleurs au pouvoir en Corée du Nord.

"Si les Etats-Unis et la Corée du Sud tentent d'utiliser leurs forces armées contre la (République populaire démocratique de Corée) sans crainte, les moyens spéciaux des forces armées de la RPDC accompliront leur mission stratégique sans délai", a-t-il déclaré, selon l'agence d'État KCNA.

"Les États-Unis et la Corée du Sud devront (...) payer le prix le plus horrible de l'histoire", a-t-il ajouté.

AB avec AFP