RMC

Débordements après la victoire de l'Algérie: "Ils veulent véhiculer l'idée que les Algériens foutent le bordel"

-

- - -

Des "dégradations et incidents", "inacceptables" pour Christophe Castaner. Après la victoire de l'Algérie contre la Côte d'Ivoire en quart de finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), de nombreux incidents ont émaillé la soirée de jeudi.

74 personnes ont été interpellées en France et 73 placées en garde à vue. Des milliers de personnes étaient descendues dans les rues, notamment à Paris, Marseille, Lyon, pour fêter la qualification de l'Algérie en demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN).

Mais de nombreux incidents ont eu lieu. Un supporter de 21 ans qui a perdu le contrôle de son véhicule a fauché une famille vers 22h30 à Montpellier dans le quartier de la Mosson, tuant la mère et blessant grièvement son bébé. Le conducteur a été placé en garde à vue.

Une dizaine de commerces ont aussi été dégradés dans la capitale jeudi soir. Bilan: près de 100.000 euros de pertes pour un concessionnaire, selon le maire LR du 17e, Geoffroy Boulard, qui est allé ce vendredi à la rencontre des commerçants victimes des débordements.

Le RN a estimé que ces incidents exprimaient "un rejet de la France" et a demandé au gouvernement d'interdire aux supporters d'accéder aux Champs-Elysées ce dimanche soir pour le match de demi-finale, Algérie-Nigeria.

"Ça enlève la fierté de la victoire"

De nombreux algériens regrettent ces incidents qui ont gâché la fête. Ils font partie de l'équipe de foot algérienne d'Evry, dans l'Essonne et ont participé à une CAN des quartiers, en mai dernier.

Au cœur du quartier des Aunettes, les discussions sont nombreuses sur les conséquences des débordements: "Ils veulent véhiculer l’idée que les Algériens foutent le bordel", explique un jeune du quartier.

Youness, 18 ans, un des plus jeune de l'équipe. Les violences ont tout gâché: "Ça enlève la fierté de la victoire. Certains sont là pour foutre la merde. J’ai vu qu’une dame était morte, c’est très très grave".

Mohamed 27 ans, milieu de terrain, regrette, lui, la récupération des événements par l'extrême droite: "Ça donne l’opportunité à des mouvements de se lâcher sur ce contexte là. C’est bête, ça leur donne une chance de parler encore".

"Je veux dire aux jeunes du quartier qu’ils restent ici"

Ne pas refaire la même erreur. Sama, le coach de cette équipe algérienne locale, a déjà un message pour les jeunes supporters, pour le prochain match: "Je veux dire aux jeunes du quartier qu’ils restent ici, comme ça on le fête entre nous c’est mieux. Comme ça, le truc est bien encadré et on évite tous débordements".

Beaucoup de supporters le disent: ils ne se rendront pas aux Champs Elysées, en cas de victoire demain.

Rémy Ink (avec Caroline Petit)