RMC

Deux passeurs présumés de migrants en garde à vue dans la Somme: qui sont-ils?

Un fourgon amenant "tout le matériel nécessaire pour les traversées maritimes" a également été contrôlé.

Une trentaine de migrants ont été découverts sur une plage près de la Baie de Somme dans la nuit de samedi à dimanche et deux hommes soupçonnés d'être des passeurs placés en garde à vue. 

"Trente-sept personnes de diverses nationalités ont été retrouvées à proximité de Fort-Mahon" et deux hommes, "pour lesquelles on se demande si ce sont des passeurs", ont été placés en garde à vue, a indiqué à l'AFP la substitut du procureur d'Amiens, Alexia Royannez.

La préfecture de la Somme a pour sa part indiqué dans un communiqué que "dans le cadre des opérations de lutte contre l'immigration clandestine" sur le littoral, les gendarmes avaient contrôlé vers 3h un véhicule à Quend, commune située au nord de la Baie de Somme. Le conducteur, de nationalité irakienne, a été placé en garde à vue "après avoir reconnu qu'il avait transporté sur le secteur des migrants qui souhaitaient traverser vers l'Angleterre", écrit la préfecture.

Les recherches effectuées dans les dunes à proximité du lieu de contrôle du véhicule ont permis de découvrir le groupe de 37 migrants, irakiens, iraniens, érythréens, afghans et libyens. 

Un autre fourgon amenant "tout le matériel nécessaire pour les traversées maritimes (zodiac, gilets de sauvetage, carburant, moteur, outils)" a également été contrôlé et son conducteur, polonais, placé en garde à vue, poursuit la préfecture.

Les gendarmes ont par ailleurs interpellé quatre Iraniens qui avaient pénétré dans le parc du Marquenterre, une réserve ornithologique qui borde la Baie de Somme au nord. La préfecture souligne la multiplication ces dernières semaines des tentatives de traversées depuis la côte de la Somme. 

Les traversées et tentatives de traversées de la Manche vers l'Angleterre à bord de petites embarcations n'ont cessé d'augmenter depuis 2018, pour atteindre des records cet été, portant à quelque 15.400 le nombre de migrants impliqués entre début janvier et fin août. Autorités et associations venant en aide aux migrants constatent un étalement des zones depuis lesquelles les migrants tentent ces traversées périlleuses.

La rédaction de RMC avec AFP