RMC

Elizabeth II: RMC a accompagné les Écossais dans la longue file d'attente pour saluer le cercueil

Les équipes de RMC ont accompagné les Écossais dans la file d'attente pour saluer le cercueil de la reine Elizabeth II à Édimbourg. Au total, cinq heures à serpenter dans les rues de la capitale pour entrer dans la cathédrale Saint-Gilles. L'émotion y est vive, le silence, absolu et le moment est solennel.

RMC a passé la nuit aux côtés des Britanniques venus se recueillir devant le cercueil d'Elizabeth II, à Édimbourg en Écosse.

Pour l'atteindre, il faut d'abord récupérer un bracelet auprès de la sécurité pour avoir accès à la file d'attente: c'est le début du parcours. Il faut ensuite marcher pendant trois kilomètres, à travers les rues de la capitale, sans pouvoir s'asseoir.

Les Écossais sont impressionnants de calme et de patience pendant ce long parcours. Il faut environ cinq heures pour arriver sur le parvis de la cathédrale. Les sacs sont fouillés un petit peu avant et les téléphones doivent y être rangés. Les photos sont interdites.

La couronne de la reine posée sur le cercueil

En entrant, l'ambiance est différente, le moment devient solennel. Le silence est absolu et l'odeur des bouquets de lys est forte.

Il faut ensuite avancer doucement jusqu'au bout de la nef où se situe le cercueil, entouré de plusieurs gardes. Il est drapé de l’étendard écossais et la couronne de la reine est posée dessus.

C'est un moment intense. Chaque personne dispose de quelques instants pour saluer le cercueil avant de quitter la cathédrale. Impossible de résister à l'émotion face à ce moment d'histoire.

Dehors, les Britanniques ont le même sentiment. "J’ai encore les larmes aux yeux. Ça vous affecte, la mort vous affecte, c’est universel, peu importe qui vous êtes. Ça permet de faire le deuil, c’est un événement historique. Je ne reverrai plus jamais de reine, c’est la fin d’une ère", affirme un retraité.

"Si je ne l'avais pas fait, j'aurais regretté"

Rien n'a découragé ceux qui souhaitaient venir.

"J’ai un manteau qui me tient bien chaud parce que je savais que ça serait long, cinq heures d’attente. Mais on ne vit qu’une fois et si je ne l’avais pas fait aujourd’hui, j’aurais regretté tout le reste de ma vie en me disant que j’aurais dû le faire", explique un autre retraité.

Entre lundi après-midi et mardi matin, 20.000 personnes avaient déjà franchi la porte de la cathédrale. Les visites continuent toute la journée, jusqu'à 16h. Ensuite, le cercueil rejoindra Londres, en avion.

Caroline Philippe, Joanna Chabbas (édité par Astrid Bergere)