RMC

"Expliquez-nous": pourquoi le début du procès d'Harvey Weistein tourne en sa défaveur?

Les choses sérieuses ont commencé à New York dans le procès de Harvey Weinstein. Le célèbre producteur de cinéma est jugé pour un viol et une agression sexuelle. Les premières audiences n’ont pas tourné à son avantage.

C'est le procès de l’homme à l’origine de la vague #MeToo. Ce mouvement mondial de dénonciation des violences sexuelles. C'était en octobre 2017. Deux ans et demi après les révélations, voici le procès.

Deux semaines d’abord pour sélectionner les jurés, puis mercredi dernier la présentation des deux thèses: l’accusation décrit Harvey Weinstein comme un monstre qui abuse de son pouvoir et de sa force. La défense affirme que toutes les histoires que Weinstein a pu avoir était consenties. Ce sera le thème de tout le procès.

En fin de semaine dernière, le tribunal a entendu une première victime, l’actrice Annabella Scorra

C'est une actrice célèbre pour son rôle dans la série Les Sopranos. Elle accuse Harvey Weinstein de l’avoir violé en 1993. Les faits sont prescrits, donc le producteur n’est pas jugé par cette affaire. Mais à l’issue d’un véritable bras de fer la procureure a obtenu qu’elle soit entendue comme témoin.

Et c’est un témoignage terrible. L’actrice a raconté un viol extrêmement violent. Une lutte entre elle et lui. Elle pesant 50 kilos, lui 150 kilos. Elle a aussi parlé des menaces les jours suivant: "Si tu parles tu le regretteras". Elle s’est dit détruite.

L'avocate d’Harvey Weinstein, Dona Rotunno, dite "bouledogue", a ensuite essayé de démolir la réputation de cette victime. Elle a fait diffuser dans la salle du tribunal un extrait d’interview, où dans une émission de variétés, l’actrice reconnaissait qu’elle était capable de mentir en interview. Sauf que pour une fois, les attaques de Dona Rotunno ont fait flop. L’interview dans une émission comique n’a pas du tout affaibli le témoignage de l’actrice.

Ses contacts avec les meilleur cabinet de détectives privés au monde

C’est la stratégie d'Harvey Weinstein: discréditer ses accusatrices. Il avait commencé avant même le début de l’affaire. Un an avant les premiers articles retentissants, Harvey Weinstein savait qu’il courait des risques, que des journalistes enquêtaient sur lui, que des femmes risquaient de parler.

A l’automne 2016, sur les conseil de son ami, l’ancien Premier ministre Israélien Ehud Barak, il contacte le meilleur cabinet israélien de détectives privés. L’agence Black Cube basée à Tel Aviv, fondée par un agent du Mossad et un docteur en philosophie.

Les détectives vont enquêter sur une liste de plusieurs dizaines de femmes fournie par Harvey Weinstein. Ils vont tenter de trouver des éléments compromettants dans leurs vies privées pour pouvoir éventuellement les faire chanter et les dissuader de porter plainte.

Ce cabinet israélien a été payé 1,3 millions dollars pour ce travail

Dans ce cabinet israélien, une détective va se montrer redoutable. Elle s’appelle Stella Pechanac. Elle est originaire de Sarajevo et sa famille a fui la guerre en Bosnie pour se réfugier en Israël lorsqu’elle était adolescente. Elle va ensuite prendre la nationalité, devenir lieutenant dans l'armée de l’air israélienne tout en suivant des cours de théâtre. Ce qui va en faire une très bonne espionne qui a aujourd’hui 36 ans.

Dans l’affaire Weinstein, elle a d’abord contacté un journaliste de la presse people en se faisant passer pour une victime du producteur. Et en lui demandant d’entrer en contact avec d’autres victimes. Le journaliste ne s’est pas fait avoir.

Ensuite surtout elle a contacté l’actrice Rose McGoven. Une de celles qui avaient le plus de choses à reprocher au producteur, et qui s'apprêtait à le raconter dans un livre. La détective Israélienne a gagné sa confiance en se faisant passer pour une riche militante féministe. Elle l’a suivie partout pendant des mois et obtenu beaucoup d’informations.

Ce cabinet israélien a été payé 1,3 millions dollars pour ce travail. Une fois que l’affaire a eu un retentissement mondial, il a craint pour sa réputation et présenté des excuses. Tout l’argent de Harvey Weinstein sera reversé par l’agence Black Cube à des victimes de violences sexuelles.

En attendant le procès va se poursuivre avec les auditions d’autres femmes

En tout 5 femmes auront été entendues. Les deux plaignantes principales, Annabella Scorra, l’actrice qui a témoigné la semaine dernière, et deux autres femmes qui vont témoigner.

Pour l’accusation, ces témoignages sont très importants parce que le producteur est aussi poursuivi pour prédation sexuelle. Et prédation cela veut dire plusieurs agressions. Au moins deux, mais plutôt plus.

L’avenir d’Harvey Weinstein va donc se jouer sur la crédibilité de ces 5 femmes. Il risque 15 ans de prison.

Nicolas Poincaré