RMC

"Expliquez-nous": qui est Elizabeth Warren, en tête des sondages pour l'investiture démocrates aux États-Unis?

Et si une femme devenait la prochaine présidente des Etats-Unis ? La sénatrice Elizabeth Warren vient de passer en tête des sondages pour l’investiture démocrate. Elle est désormais favorite pour affronter Donald Trump lors de la présidentielle qui aura lieu dans un an.

Et si une femme devenait la prochaine présidente des Etats-Unis ? La sénatrice Elizabeth Warren vient de passer en tête des sondages pour l’investiture démocrate. Elle est désormais favorite pour affronter Donald Trump lors de la présidentielle qui aura lieu dans un an.

Elizabeth Warren, c’est d’abord une femme qui reste calme sous les insultes. La scène s’est passée il y a quelques jours, à Réno dans le Nevada. Elizabeth Warren arrive accompagnée par deux jeunes collaborateurs et aucun garde du corps. Elle est accueillie par une vingtaine de manifestants pro Trump qui vont copieusement l’insulter jusqu’à sa voiture. 

La scène montre deux choses. D’abord qu’elle a une bonne maîtrise d’elle-même puisqu’elle ne cesse de sourire. Et puis qu’elle est vraiment détestée par les partisans de Donald Trump. Des manifestants qui criaient “non à l’impeachment”, la procédure en cours contre le président américain. L’autre insulte que l’on entendait, c’était : ”rentre chez toi Pocahontas”.

En effet, Elizabeth Warren a prétendu avoir du sang indien dans ses veines. Elle descend d’un cherokee par sa mère test ADN a l’appui. Mais c’est très lointain et les Indiens n’ont pas apprécié la tentative de récupération. Elle a dû s’excuser. L’épisode n’était pas très bon pour elle et c’est Donald Trump qui du coup l'a surnommée Pocahontas. 

Très à gauche

Mais aujourd’hui, et c’est une surprise, Pocahontas fait la course en tête. C’est même l'événement de la semaine. Pour la première fois, la moyenne de tous les sondages place Elizabeth Warren en tête pour l’investiture démocrate, c’est-à-dire pour être l’adversaire de Donald Trump l’an prochain. Elle partait de loin et elle vient de passer devant Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama qui était archi favori jusqu'à présent. Il souffre de l’affaire ukrainienne. Son fils a fait du business avec une compagnie gazière de Kiev alors qu’il était vice-président. Et si l’affaire vaut des ennuis à Trump mais aussi par ricochet à Joe Biden. 

Elizabeth Warren est aussi passée devant Bernie Sanders, très populaire et très à gauche, mais qui vient de souffrir d’une petite crise cardiaque et qui a levé le pied. Logiquement si Bernie Sanders devait renoncer, c’est Elizabeth Warren qui récupérerait ses voix et accentuerait son avance parce qu’ils sont sur la même ligne politique.

Car en effet, Elisabeth Warren est effectivement très à gauche pour les Américains. À tel point que Donald Trump la considère presque comme un communiste. Elle vient d’une famille plutôt modeste, elle a été prof pour enfants en difficultés. Elle est divorcée, remariée. Elle s’est surtout positionnée comme la championne de la lutte contre les inégalités. Elle dénonce le fait que 20% de la richesse américaine est détenu par, non pas 1% mais par 0,1% des Américains. 

Elle a donc dès le début de la campagne proposé d’introduire un impôt sur la fortune, à la Française. Et c’est d’ailleurs un Français, le professeur à Berkeley, Gabriel Zucman qui lui a préparé la mesure. Un impôt de 2% sur les fortunes au-delà de 50 millions de dollars. Pour rappel, en France, c’était un million.

Plus jeunes que ses concurrents 

Elisabeth Warren est aussi en guerre contre les GAFA, les géants d’internet et en particulier contre Facebook. Elle veut démanteler le réseau social à qui elle reproche des pratiques anti-concurrentielles. Mark Zuckerberg, le multimilliardaire de 35 ans, s’est adressé à ses employés cette semaine pour leur dire qu’il ferait tout pour éviter l'élection d’Elizabeth Warren. "Quand on vous menace, a dit Zuckerberg, vous allez au combat et vous vous battez".

Alors la question est est-ce qu’elle a vraiment des chances d'être la prochaine présidente américaine ? 

Globalement, la réponse est oui. D’abord, parce qu’elle est en train de s’imposer dans son camp. Parce que l’on ne peut pas exclure que les Américains n’aient pas envie d’avoir Trump pour quatre ans de plus. Et aussi parce qu’elle est plus jeune que ses adversaires. Elle n’a que 70 ans, Donald Trump en a 73, Joe Biden 76 et Bernie Sanders 78. 

Cependant, il y a contre elle son gauchisme, qui sera un handicap. D’ailleurs, Donald Trump est ravi de la voire décoller dans les sondages. C’est son adversaire préféré. Contre-t-elle, également le fait qu’elle soit une femme. Hillary Clinton en sait quelque chose. Un tiers des Américains avouent qu’ils ne s’imaginent pas voter pour une femme.

Nicolas Poincaré