RMC

Guerre en Ukraine: dans les tranchées, des soldats inexpérimentés

Pendant que des couloirs humanitaires sont organisés à Marioupol, les combats se poursuivent dans l’Est de l’Ukraine, dans des tranchées. Reportage auprès de soldats très expérimentés.

Moscou a annoncé jeudi un cessez-le-feu à Marioupol où des soldats ukrainiens sont notamment retranchés dans l’usine Azovstal. Un couloir humanitaire de trois jours devrait aider à évacuer les civils. "Nous devons maintenir le cessez-le-feu. La partie ukrainienne est prête à le faire", a déclaré Volodimir Zelensky jeudi matin. Mais pendant ce temps-là, les combats se poursuivent dans l’Est du pays et tournent à la guerre de position.

Je n’ai même pas fait mon service militaire!

Des tranchées ont été creusées et dans ces couloirs de terre brune, des hommes armés défilent. La quasi-totalité de ces soldats ukrainiens n’avaient jamais touché une arme avant le début de la guerre. "Je ne suis pas un soldat professionnel. Avant la guerre, j’étais professeur. Je n’ai même pas fait mon service militaire. Je ne me suis jamais battu. Moi mon truc, ce sont les sciences", raconte Andrey à RMC. Dans cette tranchée, les autres combattants sont policiers, vétérinaires ou encore avocats. Leur formation s'est faite en trois jours.

Ces soldats sont chargés d’empêcher les Russes de s’emparer d’une route stratégique à proximité. L’ennemi est à moins de 10 km, pourtant la journée est calme et les militaires ont le sourire. "A la victoire!", lance Andrey, en s’ouvrant une canette. Mais une heure plus tard, une alerte aux missiles retentit. Tout le monde se réfugie dans un abri à l’intérieur de la tranchée.

Que vous soyez un jeune soldat ou un professionnel, c’est le même danger. Il y a des tirs et les obus tombent sur nous.

Mikhailo, le commandant adjoint de ce bataillon a lui-même été formé il y a deux mois. Et il estime que l'expérience n’a pas d’importance. "Que vous soyez un jeune soldat qui vit sa première guerre ou que vous soyez un professionnel, c’est le même danger. Il y a des tirs et les obus tombent sur nous!", confie-t-il.

Benoît Ballet et Hugo Dorsemaine