RMC

Guerre en Ukraine: l'Ukraine et la Russie s'accordent sur des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils

L'Ukraine et la Russie vont organiser des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils des zones de combats.

C'est le résultat de la deuxième session de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie. Les deux pays ont convenu, ce jeudi, d'organiser des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils des zones de combats, a annoncé un conseiller de la présidence ukrainienne.

"La deuxième session de négociations est terminée. Malheureusement, il n'y a pas encore les résultats escomptés pour l'Ukraine. Il n'y a qu'une solution pour organiser des couloirs humanitaires", a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

"La seule chose que je peux dire est que nous avons discuté en détail des aspects humanitaires parce que beaucoup de villes sont actuellement encerclées" par les forces russes, a-t-il ajouté. Il s'est inquiété d'une "situation dramatique avec la nourriture, les médicaments, les possibilités d'évacuation".

La possibilité d'un cessez-le-feu temporaire

Selon une déclaration ensuite qu'il a ensuite lu, Moscou et Kiev vont mettre en place des "couloirs humanitaires pour l'évacuation de la population civile, ainsi que pour l'acheminement de médicaments et de vivres vers les zones où les combats sont les plus violents".

Cela inclut "la possibilité d'un cessez-le-feu temporaire pendant la période d'évacuation, dans les secteurs où elle a lieu", précise-t-il.

Une "compréhension mutuelle" sur "certains points"

Le chef de la délégation russe, Vladimir Medinski, a quant à lui indiqué que les pourparlers avaient porté sur les questions humanitaire, militaire et de "règlement politique futur du conflit".

Selon lui, il y a une "compréhension mutuelle" sur "certains points". "La question principale qui a été résolue aujourd'hui est celle du sauvetage des civils qui se sont retrouvés dans la zone des affrontements", a-t-il ajouté, confirmant le projet de "couloirs humanitaires". "Je crois que c'est un progrès important", a-t-il conclut.

La rédaction avec AFP