RMC

"Il est mort pour rien": sur RMC, la détresse du père d'un soldat français tué en Afghanistan en 2008

Jean-François Buil estime ce mercredi sur RMC que le conflit afghan est une catastrophe politique et militaire.

Il y a treize ans, jour pour jour, Damien Buil, soldat français, mourrait en Afghanistan lors d'une embuscade. Âgé de 31 ans, père de famille, ce caporal-chef de l'armée française tombe sous les balles des talibans à Uzbin le 18 août 2008, laissant derrière lui des camarades d'armes, une femme et une famille meurtrie.

Jean-François Buil, son père témoigne ce mercredi au micro de RMC alors que les talibans ont repris le contrôle du pays ces derniers jours. Il se dit "très surpris" de la rapidité de l'entrée des talibans dans Kaboul tout en sachant que cette situation était devenue inévitable ces derniers mois.

"On se doutait que ça allait arriver, car on suit l'actualité tous les jours. Je suis très en colère par rapport à ce qu'il se passe."

"Les milliards dépensés, les vies humaines supprimées, on ne peut être qu'en colère"

13 ans après la mort de son fils il regrette les vies humaines gâchées par cette guerre qui a tourné à la catastrophe politique selon lui.

"3.500 soldats de la coalition sont morts et c'est 3.500 familles dans la panade. C'est tous les jours que l'on vit ça. Voir le résultat, le bilan après 20 ans de guerre. Nos soldats ne sont pas faits pour ça, c'était leur métier, leur passion. C'était des missions à hauts risques. Et en voyant le résultat c'est une catastrophe politique et militaire. Les milliards dépensés, les vies humaines supprimées, on ne peut être qu'en colère."

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: mais d'où vient tout l'argent des talibans?

Jean-François estime, encore plus qu'avant, que son fils a laissé sa vie en Afghanistan pour pas grand chose.

"Je l'ai déjà dit, je considère qu'il est mort pour rien, et apparemment ça déplait à certains. Mais j'aimerais que l'on m'amène les preuves du contraire. Car quand on tire le bilan il n'y a que des choses négatives".

"C'est une catastrophe politique. C'est mon avis personnel"

Dans un discours, Emmanuel Macron a assuré que les opérations n'ont pas été vaines et porteront un jour leur fruits. Une chose que Jean-François Buil a bien du mal à distinguer.

"Rendre hommage, c'était le minimum, mais je ne vois pas de "fruits", je demande à voir, je ne suis pas trop d'accord. C'est une catastrophe politique. C'est mon avis personnel."

La femme de Damien Buil attendait un deuxième enfant quand il était parti en Afghanistan. Il n'est jamais revenu et le père de Damien Buil explique que le sujet reste un peu tabou.

"La vie suit son cours, on en parle pas souvent en famille. C'est très compliqué de parler de ces choses-là.", conclut-il.
J.A.