RMC

La justice libanaise interdit à Carlos Ghosn de quitter le territoire

RMC
Mercredi, l'ancien patron a donné une conférence de presse de 2h30 en présence de 150 journalistes.

La justice libanaise a interdit jeudi au magnat de l'automobile déchu Carlos Ghosn de quitter le pays, après un interrogation par le parquet général au sujet d'une demande d'arrestation d'Interpol.

"Le parquet général a adopté une décision interdisant à Carlos Ghosn de voyager et a demandé son dossier" judiciaire auprès du Japon, a précisé cette source, alors que l'ancien PDG de Renault-Nissan a fui des accusations de malversations financières.

Mercredi, l'ancien patron a donné une conférence de presse de 2h30 en présence de 150 journalistes.

L'ancien capitaine d'industrie a surtout dénoncé un "coup monté" contre lui et organisé l'ensemble de ses propos autour d'un seul axe: son "innocence". "Présumé coupable" par le système judiciaire japonais dès son arrestation en 2018, il n'avait "d'autre choix" que de fuir face à des accusations "sans fondements", a-t-il assuré. Tokyo a qualifié d'"inacceptables" les critiques de Carlos Ghosn contre sa justice.

L'ancien PDG de Renault-Nissan, visé par plusieurs procédures judiciaires en France, s'est dit prêt à se présenter "à la justice française" s'il était convoqué, affirmant n'avoir "rien à se reprocher".

La rédaction de RMC (avec AFP)