RMC

La tension monte encore d'un cran en Ukraine

Les dégâts d'un bombardement à Stanytsia Luhanska (Ukraine), le 17 février 2022.

Les dégâts d'un bombardement à Stanytsia Luhanska (Ukraine), le 17 février 2022. - Aris Messinis / AFP

Accusations de violations du cessez-le-feu, mobilisation générale: la nuit de vendredi à samedi n'a pas permis d'apaiser les tensions dans l'est de l'Ukraine.

Encore une nuit de tension en Ukraine. Les forces armées ukrainiennes et les séparatistes prorusses se sont mutuellement accusés samedi de violations graves du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, alimentant les craintes d'une invasion russe. L'Ukraine affirme aussi qu'un soldat a été tué dans l'est séparatiste.

L'armée ukrainienne a fait état de 66 échanges de tirs jusqu'à 7h du matin, un nombre particulièrement élevé, tandis que les séparatistes de la région de Donetsk ont qualifié la situation de "critique".

Mobilisation générale chez les séparatistes pro-russes

Les chefs des régions séparatistes pro-russes de Lougansk et de Donestk ont aussi proclamé la "mobilisation générale". 

"J'appelle mes concitoyens réservistes à se présenter aux bureaux de conscription militaire. Aujourd'hui, j'ai signé le décret de mobilisation générale", a annoncé Denis Pouchiline, le dirigeant de l'auto-proclamée république séparatiste pro-russe de Donetsk, dans une déclaration vidéo. 

Une "augmentation spectaculaire" des violations du cessez-le-feu

Cette annonce intervient au moment où les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont affirmé samedi avoir constaté une "augmentation spectaculaire" des violations du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, où séparatistes prorusses et forces ukrainiennes s'affrontent depuis 2014.

Les dirigeants occidentaux accusent la Russie ,qui a massé des troupes aux frontières de l'Ukraine, de préparer une attaque, le président américain Joe Biden se déclarant "convaincu" que Vladimir Poutine avait décidé d'envahir l'Ukraine.

AFP (avec MM)