RMC

Législatives en Espagne: percée de l'extrême-droite, la gauche en tête sans majorité claire

Les socialistes l'emportent mais sans majorité claire. De son côté, l'extrême-droite fait une forte percée et obtient deux fois plus de sièges que lors de la précédente mandature.

Victoire en demi-teinte pour le PSOE, le parti socialiste espagnol qui a remporté les élections législatives dimanche. Le parti de Pedro Sanchez n'a pas obtenu de majorité claire avec 120 députés (sur 266 sièges). Mais la vraie nouveauté du scrutin, c'est la percée de l'extrême-droite et du parti Vox qui avec 52 sièges, devient la troisième force politique du pays, une première depuis la fin du Franquisme.

"La surprise c’est que c’est désormais en Espagne qu’on a l’extrême-droite la plus puissante d’Europe. L’Espagne d’aujourd’hui est dans une crise identitaire comme beaucoup de nos démocraties. Ce résultat pose la question de l’Etat-nation", explique Christophe Barret, historien essayiste et spécialiste de l'Espagne, alors que la formation Vox a doublé son nombre de députés.

"Anti-européen et euro-sceptique"

"Santiago Abascal, le leader de Vox, est le seul à parler de souveraineté nationale et il y répond d'une manière radicale par rapport à la question catalane. Il y répond de manière nouvelle également en se montrant très anti-européen et très euro-sceptique. C'est ce qu'il peut y avoir de plus inquiétant pour les élites européennes aujourd'hui", ajoute Christophe Barret.

De son côté, Podemos, la formation de la gauche radicale, récupère 35 sièges contre 42 lors de la législature précédente, six mois plus tôt. En quatre ans, l'Espagne a procédé à quatre élections législatives, plongeant le pays dans l'impasse politique.

Mahauld Becker-Granier ( avec Guillaume Dussourt)