RMC

Législatives en Espagne: une victoire socialiste en demi-teinte

Le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez a remporté dimanche les élections législatives mais devra, faute de majorité absolue, chercher des alliés pour gouverner un pays divisé où l'extrême droite va entrer au parlement, plus de 40 ans après la fin de la dictature de Francisco Franco.

Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a remporté dimanche les élections législatives espagnoles, mais sans atteindre la majorité nécessaire pour gouverner seul. Une victoire en demi-teinte pour le leader socialiste qui obtient 29% des suffrages; loin d’atteindre la majorité absolue. Et dans un parlement très fragmenté, il devra trouver des alliés.

De quoi inquiéter les militants socialistes comme Laura: "Je crois qu'il va y avoir beaucoup d'instabilité. Qu'on ne va rien avoir de concret. Pas de gouvernement, car il n'y a pas de majorité ni à gauche, ni à droite. Et si nous dépendons encore des indépendantistes, on ne va pas réussir à nous mettre d'accord avec eux. Donc je crois que tout cela va être très instable. C'est une victoire mais ce n'est pas la victoire que je voulais ou dont l'Espagne a besoin en ce moment".

Une alliance avec Podemos?

L’option privilégiée serait une alliance la gauche radicale de Podemos, et l’appui des nationalistes basques et catalans, à qui il faudra faire des concessions. La deuxième option, moins envisagée pour l’instant: un accord avec Ciudadanos, libéraux de centre droit. Ce qui est sûr, c’est que l’Espagne s’achemine à nouveau vers des semaines d’incertitude et de négociations entre les partis. Et dans un contexte particulier: l’extrême-droite de Vox envoie 20 députés au parlement, une première depuis le retour de la démocratie en 1975.

Pedro Sanchez, arrivé au pouvoir en juin dernier en renversant le conservateur Mariano Rajoy dans une motion de censure, sera donc obligé de bâtir une coalition difficile pour continuer à gouverner.

Après le dépouillement de 99% des bulletins de vote, le Parti socialiste a recueilli près de 29% des voix et 123 députés, nettement plus que les 85 remportés aux législatives de 2016, mais loin de la majorité absolue de 176 sur 350 à la chambre.

P.B.