RMC

Manifestations en Chine: Edward Lawrence, un journaliste britannique, a été arrêté et frappé

Alors qu’il couvrait une manifestation à Shanghai contre la politique du zéro Covid, le journaliste britannique Edward Lawrence a été arrêté par la police.

Edward Lawrence, un journaliste britannique, a été arrêté en Chine. Il est caméraman et grand reporter pour le bureau de la BBC en Chine. Dimanche soir, il couvrait et filmait à Shanghai une manifestation contre la politique du zéro Covid. Et soudain, trois policiers se sont jetés sur lui, l’ont menotté et embarqué. Sur les images, on voit que les manifestants prennent son parti et crient contre les policiers. Ed Lawrence, lui, a juste le temps de crier: "Appelez mon consulat, maintenant".

Le journaliste a ensuite été conduit dans un commissariat, où des policiers l’ont frappé à coup de pied. Il a été détenu plusieurs heures avant d'être relâché. Et à ce moment-là, il est très vite retourné sur le lieu de la manifestation et il a filmé des policiers interpellant des passants pour fouiller dans leur téléphone portable et effacer les images de ces manifestations. Des protestations qu’Ed Lawrence qualifie d’historiques sur son compte Facebook.

C’est en effet la première fois depuis Tian'anmen, en 1989, que le régime communiste et le président sont ouvertement conspués.

La curieuse explication de la police de Shanghai

Les autorités britanniques ont sévèrement critiqué l’arrestation de ce journaliste. Le ministre des Affaires étrangères a demandé que la liberté de la presse et la liberté de manifester soient respectées. Les relations étaient déjà tendues entre Londres et Pékin, elles le sont encore plus…

La BBC a expliqué n’avoir reçu aucune excuse des autorités chinoises. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois est apparu extrêmement mal à l’aise en essayant de justifier cette arrestation. La police de Shanghai a tenté d'expliquer que le journaliste a été arrêté pour son bien, parce qu’il risquait d’attraper le Covid s’il restait au milieu des manifestants. La BBC a fait savoir qu'elle ne considère pas cette explication comme crédible…

La chaîne britannique va bien sûr continuer à couvrir ce mouvement de contestations qui vient de commencer dans la plupart des grandes villes chinoises.

Nicolas Poincaré