RMC

"Midterms": la santé, le coeur des préoccupations des électeurs américains

Si Donald Trump tente de replacer l'immigration au coeur de la campagne des élections de mi-mandats qui se tiennent le 6 novembre,  l'une des thématiques du coeur de cette campagne reste la santé. RMC s'est rendu dans un centre de santé à Détroit où le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté avoisine les 40%.

Le paradoxe américain: avec 45% des lauréats, les Etats-Unis dominent le palmarès du prix Nobel de médecine... et pourtant l’espérance de vie y a reculé en 2016 pour la deuxième année consécutive. 

Parmi les thématiques au coeur de la campagne de ces élections de mi-mandats, cruciales à Donald Trump pour appliquer son programme auprès du Parlement: l'immigration, chère au président, mais aussi et surtout, la santé. Au quotidien, les Américains se préoccupent surtout du coût de leurs frais de santé, rarement remboursés et parfois exorbitant. Le système repose essentiellement sur des assurances, très chères que doivent souscrire les américains. En clair: plus vous êtes riche, mieux vous serez pris en charge.

Sans ces assurances, difficile d’avoir accès à un médecin de ville ou à une consultation à l’hôpital. Et encore: les assurances de base donnent accès à peu de remboursements. Pour prendre en charge les plus modestes, des centres de santé ont ouvert leurs portes un peu partout dans le pays.

"Les hôpitaux peuvent refouler une personne qui n’a pas d’assurance santé"

Ils sont financés par des fonds publics et des fonds privés. C'est le cas de celui dirigé par Felix Valbuena, de la banlieue de Detroit. Dans ce quartier essentiellement habité par des hispaniques le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté avoisine les 40%

"Nous prenons en charge tout le monde. Les hôpitaux peuvent refouler une personne qui n’a pas d’assurance santé. Pas nous", explique le docteur, dans une salle de dentiste récente. Ici, les patients peuvent ainsi consulter un médecin généraliste, un spécialiste et avoir accès à la pharmacie. 

Un véritable salut pour Clara, venue du Honduras, enceinte. Sans le centre de santé CHASS, elle ne bénéficierait d’aucun suivi: "Ailleurs, il faut une assurance ou payer sur place".

La réforme du système de santé mise en place par Barack Obama a amélioré la prise en charge des américains les plus modestes. Mais c’est loin d’être suffisant. Aux Etats-Unis, les personnes les plus pauvres atteinte de cancer ont un taux de survie très faible.

Vue depuis son bureau, la sécurité sociale à la française fait rêver le dr Valbuena: "Si vous saviez à quel point, on n’a personne qui porte cette idée assez fort dans ce pays. Et c’est un problème politique majeur" soupire-t-il. 

Aux Etats-Unis, une assurance santé coûte entre 250 et 500 euros par mois.

Céline Martelet, Stéphanie Collié (Avec G.D)