RMC

"Nous n'avons rien gagné": les Algériens restent mobilisés après le renoncement de Bouteflika

-

- - RMC

Des membres du collectif Debout l'Algérie se sont rassemblés lundi soir à Paris. Ils étaient heureux de la nouvelle mais restaient prudent estimant que le chemin était encore long.

Scène de liesse en Algérie lundi soir. Dès qu’ils ont appris qu’Abdelaziz Bouteflika ne serait pas candidat une cinquième fois à l’élection présidentielle, les Algériens sont descendus dans les rues pour manifester leur joie. Depuis plusieurs semaines, ils manifestaient contre le président algérien de 82 ans qui souhaitait briguer un cinquième mandat. 

Cette annonce a donc été vécue comme une victoire, mais pas comme la fin du combat. Ils étaient une dizaine, tous membres du collectif Debout l'Algérie, à se rassembler lundi soir à Paris. Tous ont participé à l'organisation les rassemblements à Paris et les discussions sont intenses après l’annonce du renoncement d’Abdelaziz Bouteflika. Mais la joie est de courte durée. "La ce qu’il nous propose, c’est 'non au cinquième mandat, avec le système'. Nous n'avons rien gagné", explique Djalil, membre du collectif.

Une manœuvre politique? 

Abdelaziz Bouteflika a également annoncé un remaniement, avec un changement de Premier ministre. Pour Farid, cela ressemble à une manœuvre du pouvoir.

"Celui qui le remplace, Bédoui, il a acquis une image ces derniers temps parce que la police a bien géré les manifestations. Donc le pouvoir essaye de placer des hommes qui ont une bonne crédibilité auprès du peuple algérien, mais qui restent issus du système", estime-t-il. 

Petite victoire, donc. Le plus dur, et le plus long, reste à faire pour Hakima. "Nous voulons une deuxième République. Et plus tard, la constitution de partis politiques solides issus de la société civile. C’est maintenant ou jamais", affirme-t-elle. 

Une diaspora qui reste mobilisée, avec des appels à un rassemblement, vendredi, devant l'ambassade d'Algérie. 

Rémi Ink avec Guillaume Descours