RMC

Ocean Viking: polémique et tension entre la France et l'Italie sur l'accueil de bateaux humanitaires

Trois navires humanitaires attendent de pouvoir débarquer en Europe, alors que l'Italie refuse de tous les prendre en charge.

Des centaines de migrants restaient bloqués mardi soir au large de l'Italie sur des navires humanitaires, notamment celui de l'ONG SOS Méditerranée, l'Ocean Viking, dont le sort a déclenché une polémique diplomatique entre la France et l'Italie.

"Le bateau est actuellement dans les eaux territoriales italiennes, il y a des règles européennes extrêmement claires et qui ont été d'ailleurs acceptées par les Italiens qui sont, de fait, le premier bénéficiaire d'un mécanisme de solidarité financier européen", a rappelé sur France Info Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, estimant "inacceptables" les "déclarations" du gouvernement italien et son "refus de laisser accoster ce bateau".

Après des jours, voire des semaines en mer, trois navires ambulances, dont l'Ocean Viking, ayant secouru des migrants qui tentaient la traversée entre les côtes nord-africaines et l'Europe, ont obtenu l'autorisation d'accoster dans des ports italiens. Mais Rome n'a autorisé qu'une partie des rescapés à descendre à quai, au grand dam des organisations humanitaires. Le nouveau gouvernement italien, le plus à droite depuis la Seconde Guerre mondiale, s'est en effet engagé à observer une ligne dure vis-à-vis des migrants.

Un accueil en Corse?

Le refus d'accueillir l'ensemble des passagers de ces navires "les met en danger et viole les obligations de l'Italie vis-à-vis des droits humains", a estimé mardi l'ONG Human Rights Watch. Le droit international et européen "garantit le droit à demander l'asile et bannit les expulsions collectives", a-t-elle rappelé.

"Face au silence assourdissant de l'Italie", SOS Méditerranée a de son côté indiqué avoir demandé mardi à la France d'assigner un port sûr à l'Ocean Viking qui "devrait arriver dans les eaux internationales près de la Corse le 10 novembre".

Le président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Siméoni, a annoncé que son territoire était prêt à accueillir le bateau en question.

Fabienne Lassalle, directrice adjointe de SOS Méditerranée, était l'invitée de RMC ce mercredi et confirme que le navire "fait route vers la France". "Il est à mi-chemin entre la Sicile et la France. Il devrait arriver demain vers midi dans les eaux françaises", a-t-elle annoncé, expliquant que le navire a été refusé 42 fois depuis 19 jours par les différents ports méditerranéens, à Malte ou en Italie.

J.A. avec AFP