RMC

Opération antiterroriste en France et en Suisse: qui sont les suspects interpellés?

Neuf personnes ont été interpellées mardi matin en Ile-de-France, dans les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes-Maritimes dans le cadre d'une opération antiterroriste. Une opération parallèle en Suisse a permis l'interpellation d'un dixième suspect.

Dix personnes ont été interpellées ce mardi lors d'une opération antiterroriste en France et en Suisse. Deux arrestations ont eu lieu dans le Val-de-Marne, sept autres à Menton ainsi qu'à Aix-en-Provence, une autre en Suisse.

Le leader, un Suisse de 27 ans, originaire de Bosnie, se faisait appeler Abdal al Bosnie. Père de deux enfants et marié à une Colombienne, il a été interpellé en France où il était arrivé récemment.

C'est lui qui, depuis plusieurs mois, aurait rassemblé sur un même groupe de discussion de l'application Telegram plusieurs partisans de l'Etat Islamique, des jeunes Français qui n'ont pas voulu ou pas réussi à rejoindre la Syrie. Selon nos informations, les premiers contacts entre eux auraient commencé en juin, au moment où le leader suisse poste ce message "On peut faire un carnage ici, on a l'argent pour ça". Un message qui répond à la propagande de l'Etat Islamique qui, depuis 2016, encourage ces partisans à frapper plutôt dans leurs pays respectifs.

Pas de rencontres, pas d'appels

Ce groupe ne discutait que sur Telegram, via une chaine de discussion privée créé sur la messagerie. Aucune rencontre , aucun appel téléphonique. Leur principale crainte: être infiltrés par les services de renseignements français. Ils ont donc souvent changé de chaîne privée sur l'application, éliminant à chaque fois des membres jugés suspects. Et pour faire ce tri, ils avaient une méthode plus proche d'un système mafieux: à chaque création d'une nouvelle chaîne chaque membre devait citer trois noms de membres du groupe digne de confiance. Les autres étaient " éjectés".

Au total, ils étaient une dizaine à discuter d'attentats, d'attaques-suicide contre des cibles françaises. Ils ont évoqué plusieurs modes d’action, des attaques au couteau ou avec une voiture, dans plusieurs points du territoire, mais sans projet précis défini.

En juin, un premier membre de groupe avait déjà été interpellé: un adolescent de 13 ans originaire d'Ile-de-France. Il menaçait d'attaquer aux couteaux des passants et incitait le groupe à passer à l'acte sans préparation.

Les membres du groupe interpellés ce mardi sont âgés de 18 à 65 ans. Tous étaient connus des services de renseignements sauf un ancien légionnaire de 65 ans, converti à l’islam.

Céline Martelet et Claire Andrieux (avec P.B.)