RMC

Pétroliers attaqués en mer d'Oman: "C'est une montée de la tension supplémentaire entre Téhéran et Washington"

Deux bateaux pétroliers, un norvégien et un japonais, ont été la cible hier d'une attaque d'origine indéterminée en mer d'Oman, dans le golfe arabo-persique. Les Etats-Unis accusent l'Iran d'en être responsable.

Dans les eaux bleues de la mer d'Oman, un panache de flammes s'échappait de la coque d'un pétrolier. Une épaisse fumée noire, s’élevait depuis la salle des moteurs d’un tanker norvégien. À une heure d'intervalle, un autre pétrolier japonais a subi une même attaque suspecte dans le détroit d’Ormuz, entre l’Iran et Oman. Des explosions, des tirs ont été évoqués par les deux armateurs. Le chef de l'ONU Antonio Guterres, a exprimé son inquiétude.

"Les responsabilités doivent être clarifiées"

"Les faits doivent être établis. Les responsabilités clarifiées. S’il y a quelque chose que le monde ne peut se permettre, c’est un conflit dans la région", a-t-il assuré depuis New York.

Par la voix de son secrétaire d'Etat, Washington accuse Téhéran. Un conflit armé n'est pas à exclure, estime Olivier Apper, conseiller du centre énergie de l'institut français des relations internationales.

Hausse des prix du pétrole

"Déjà il y avait eu des échanges entre Iranien et américains l’été dernier entre Mike Pompeo et le président iranien Rohani. C’est une montée de la tension supplémentaire", estime-t-il.

30% de la flotte pétrolière mondiale passe par le détroit d'Ormuz. Si les eaux cessent d'être sûres, c'est l'approvisionnement de tout le monde occidental qui est en péril, met en garde le président d'une fédération de transporteurs pétroliers. Les prix du pétrole ont bondi suite à ces incidents. Ils ont pris jusqu'à 4,5% en cours de séance.

Benoît Ballet (avec G.D.)