RMC

Présidentielle américaine: pourquoi l'Etat de Pennsylvanie est-il au centre de toutes les attentions?

La Pennsylvanie est l'un des Etats qui pourrait tout régler. Pourtant, le décompte des voix dans cet Etat coince encore ce samedi matin.

Toujours pas de nouveau Président des Etats-Unis. Ce samedi matin, le décompte des voix ne permet toujours pas de déclarer qui de Donald Trump ou Joe Biden est le vainqueur des élections américaines.

Et si le décompte coince toujours notamment en Pennsylvanie, c’est parce que l’écart est encore trop serré entre les deux candidats. Même si l’avance de Joe Biden ne cesse de croitre d’heure en heure. 

20 grands électeurs en jeu

Le candidat démocrate a désormais 28.833 voix précisément d’avance sur le Président sortant en Pennsylvanie. C’est tout juste 0.5% de différence. Les médias américains ne se risquent donc pas à annoncer officiellement de vainqueur.

Car dans l’Etat de Pennsylvanie, en dessous de 0.5 point d’écart, les autorités doivent procéder automatiquement à un recomptage des bulletins de vote. C’est ce qui se passe en ce moment en Géorgie et c’est un processus qui retarderait le résultat définitif de cet Etat-clé.

20 grands électeurs sont en jeu en Pennsylvanie. Si Joe Biden emporte cet état, il accède à la maison blanche directement. Mais le suspense reste entier car en Pennsylvanie, il reste encore des bulletins à dépouiller. Le comptage s’est arrête pendant la nuit, il reprendra demain matin aux Etats-Unis.

Un haut magistrat offre une demi-victoire à Trump

Un juge de la Cour suprême des Etats-Unis a offert vendredi une demi-victoire temporaire au président Donald Trump en Pennsylvanie, en ordonnant que les bulletins de vote arrivés par courrier après le 3 novembre dans cet Etat soient traités de façon séparée des autres bulletins.

Le magistrat conservateur Samuel Alito n'a toutefois pas ordonné l'arrêt du comptage des bulletins ainsi écartés, comme le souhaitait le camp républicain du président, qui ne peut se permettre de perdre cet Etat-clé s'il veut rester à la Maison Blanche.

M. Trump ne cesse de dénoncer les bulletins par correspondance, les accusant, sans preuve, de générer une vaste fraude électorale. La voie postale est une façon de voter davantage prisée par les démocrates que les républicains.

La mesure ordonnée par le juge Alito est conservatoire, en attendant l'examen du dossier par la Cour suprême, au sein de laquelle les magistrats conservateurs comptent désormais une solide majorité.

La haute cour pourrait au final déclarer ces bulletins invalides, en donnant raison à M. Trump. Mais cela pourrait également ne pas faire de différence sur le résultat final de l'élection, le nombre de bulletins concernés étant moins important que l'avance du candidat démocrate sur le président.

Caroline Philippe (avec C.P.)