RMC

Procès de Salah Abdeslam: "Tu nous as fait du mal, on sera là à chaque étape"

-

- - -

Près de deux ans après les attentats du 13 novembre à Paris, la Belgique juge à partir d'aujourd'hui le dernier membre encore vivant du commando à l'origine de ces attaques, pour une fusillade, survenue le 15 mars 2016 à Forest en Belgique. Une première apparition très attendue par les familles des victimes.

Près de deux ans après les attentats du 13 novembre, la Belgique juge à partir d'aujourd'hui le dernier membre encore vivant du commando à l'origine de ces attaques. Salah Abdeslam, 28 ans, comparaît pendant 4 jours devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Ainsi que son complice Sofien Ayari. Ils risquent 40 ans de prison pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste sur plusieurs policiers".

Il n'est en effet pas jugé pour son implication dans les attentats du 13 novembre ou ceux de Bruxelles en mars 2016 mais pour une fusillade, survenue le 15 mars 2016 à Forest en Belgique. A ce moment là Salah Abdeslam et son complice Sofien Ayari sont en fuite depuis 8 mois. Ils parviennent à s'échapper mais seront finalement interpellés le 18 mars 2016 à Molenbeek. Quatre jours plus tard, les derniers membres de la cellule encore sur place en Belgique, prennent pour cibles l'aéroport de Bruxelles et le métro bruxellois, tuant 32 personnes.

"Ce procès va permettre d'avoir accès à certaines informations du dossier"

Ce procès, première apparition publique de Salah Abdeslam, est un procès très important pour les familles des victimes du 13 novembre. Pour Jean-François Mondeguerre, qui a perdu sa fille Lamia, 30 ans, tuée sur la terrasse de la Belle Equipe, ce procès est le moment de faire passer un message à l'accusé: "Tu nous a fait du mal. On sera là à chaque étape où tu seras partie prenante parce que tu as fait ce mal-là". 

Depuis son arrestation, Salah Abdeslam a refusé de répondre à toutes les questions des juges. A Bruxelles, va-t-il changer d'attitude? Que peut-il dire? Les familles des victimes vont scruter son comportement, ses réactions. Guillaume Lys est l'avocat belge de l'Association française des victimes de terrorisme: "Ce qui est sûr, c'est que ce procès va être le premier événement qui va permettre aux victimes d'avoir accès à certaines informations du dossier et de savoir aussi de qui, peut-être, était constitué cette cellule (terroriste). On aura que des éléments de réponses, mais c'est déjà un début de quelque chose pour des victimes qui sont en quête d'informations et de vérité".

Céline Martelet et X.A