RMC

Qui est Catherine Dulac, scientifique française qui vient d'obtenir un prix aux Etats-Unis?

LE PORTRAIT DE POINCA - Cette scientifique Française vient d'être récompensée aux Etats-Unis, pour ses travaux sur l’instinct parental.

Catherine Dulac, une scientifique française qui vient d'être récompensé aux Etats-Unis, pour ses travaux sur l’instinct parental. Elle a reçu, le prix “des avancées fondamentales” qui est doté de trois millions de dollars. C’est moins prestigieux que le prix Nobel, mais ca rapporte trois fois plus. 

Ce qu’elle a découvert, c’est le lieu où se trouve l’instinct parental dans le cerveau de la souris. Elle a identifié les circuits de neurones qui dictent le comportement des souris vis-à-vis de leurs petits. Et elle a prouvé qu'il y a un circuit femelle qui conduit à protéger les souriceaux et un circuit mâle qui conduit au contraire à attaquer les bébés.

Mais elle prouve aussi que toute les souris mâles ou femelle ont un double câblage. Ce sont les hormones qui font que les femelles sont plus souvent protectrice et les mâles agressifs.

Si l’on simplifie à l'extrême, les mâles et les femelles sont fait pareils, naissent identiques, mais les circuits du cerveau et les hormones font qu’ils n’agissent pas pareil et qu’ils développent un instinct maternel ou paternel. C’est absolument passionnant, notamment pour ceux qui s’intéressent aux personnes transgenres. Les femmes qui se sentent hommes ou les hommes qui se sentent femmes. 

Un prix de trois millions de dollars

Catherine Dulac précise que ses recherches n’ont portées que sur la souris, mais elle fait le “pari” que tout cela est vrai pour tous les mammifères y compris, pour nous les humains. Ces recherches, la neurobiologiste de 57 ans, les fait depuis 25 ans à la prestigieuse université de Harvard. 

Parce qu’en France, après une enfance à Montpellier, de brillantes études à Normal sup, on ne lui a pas donné sa chance. "Je me suis heurtée à un paternalisme à la con”, dit-elle. 

Celle qui travaille sur les différences mâle-femelle estime que les Etats-Unis ont des années d’avance sur la France en matière d’égalité femme-homme. Mais même là-bas, les hommes continuent dans les congrès scientifiques à prendre les femmes de haut et à avoir du mal à penser qu'une femme puisse être vraiment interresssante. 

Les trois millions de dollars qu’elle vient de recevoir, elle va en consacrer une grande partie à des programmes d’aides à la santé et à l’éducation des femmes.

Nicolas Poincaré