RMC

Qui est Robert O'Brien, premier conseiller de Donald Trump à reconnaître la victoire de Joe Biden?

Le conseiller à la Sécurité nationale, très proche de Donald Trump, a clairement reconnu la victoire de Joe Biden. Et pourtant, il n'a pas été viré par Donald Trump. Qui est exactement Robert O'Brien ? Quid de son parcours ?

On y vient petit à petit. Exactement 15 jours après le vote, Donald Trump n’a toujours pas reconnu avoir perdu. Lundi il a même encore tweeté ces 5 mots : "J’ai gagné l'élection", mais il l’a écrit en minuscule alors que la veille il avait écrit la même phrase en majuscule, et certains y ont vu un signe…

Mais le vrai tournant ce sont les propos de son conseiller à la sécurité nationale, Brien O’brien qui a déclaré : "Il semble évident maintenant que le ticket Joe Biden/Kamala Harris est le gagnant. Nous aurons une transition très professionnelle de la part du conseil de sécurité nationale", le conseil qu’il dirige. 

C’est la première fois qu’un proche de Donald Trump, un haut responsable de son administration, dit les choses aussi clairement, et à l’heure ou l’on parle il n’a pas été encore été limogé. Il occupe toujours son bureau dans l’aile ouest de la Maison Blanche, très proche du bureau ovale. Cette proximité entre les deux bureaux, on la voit d'ailleurs dans toutes les bonnes séries politiques américaines. 

Envoyé pour défendre ASAP Rocky en Suède

Robert O’Brien avant d’obtenir il y a un an ce poste stratégique, était un diplomate officiellement chargé d’obtenir la libération des otages ou des Américains injustement condamnés. Il a parcouru la planète et obtenu la libération notamment de plusieurs Américains détenus en Corée du Nord, et d’un pasteur retenu en Turquie. Donald Trump l’avait aussi envoyé en Suède pour défendre un rappeur, ASAP Rocky, qui était jugé pour violence. 

A la Maison blanche depuis un an, O’Brien s’est surtout employé à imposer une politique très dure à l’égard de l'Iran. Et justement, la presse américaine a révélé hier une information stupéfiante : Donald Trump a envisagé lundi de bombarder un site nucléaire Iranien. Il a interrogé son vice-président et ses principaux conseillers qui l’ont finalement dissuader de lancer cette dernière guerre, avant de quitter le pouvoir. On a eu chaud.

Trump est encore président pendant 2 mois et un jour. Mais il a donc désormais dans son entourage au moins un homme, qui le voit comme un président battu et qui lui conseille d'être raisonnable.

Nicolas Poincaré