RMC

Quotas d'immigration économique: comment l'Australie et le Canada sont-ils devenus des exemples pour la France?

-

- - -

Le gouvernement souhaite une immigration économique de quotas. La "France recrute" en fonction de ses besoins de travail, a expliqué mardi la ministre du Travail Muriel Pénicaud. La ministre du travail veut s’inspirer de ce qui est déjà en place en Australie et au Canada.

Dans ces deux pays, les migrants passent par un système à points, un système élaboré qui permet de faire une sélection avec des critères économiques pour combler les vides de la population et attirer les travailleurs qualifiés.

L’Australie vérifie évidemment le niveau d’anglais des candidats. Les diplômes et les différentes expériences sont également prises en compte. Les ingénieurs et les spécialistes de la technologie sont particulièrement recherchés. Le poids de ce "programme de migration qualifiée" grimpe depuis les années 80: quasiment 70% des migrants sont sélectionnés sur leurs compétences, un système cité en exemple par Donald Trump.

330.000 personnes pour 2019 au Canada

Le Canada assure qu’il y a plus de "compassion" dans son modèle migratoire, mais le principe est le même. Chaque année, un objectif chiffré du nombre de personnes pouvant arriver est défini: 330.000 pour 2019, quasiment 1% de la population canadienne, beaucoup par rapport à la France. Il y a deux langues officielles dans ce pays, alors certaines régions mettent en place des critères linguistiques. Les candidats francophones sont privilégiés au Québec par exemple. Il existe une procédure, en ligne, à remplir en 15 minutes, pour accélérer la demande.

Quentin Vinet