RMC

Thomas, expatrié au Japon : "Et là, il y a eu une alerte, nous disant qu'un missile nord-coréen arrivait…"

-

- - AFP

. \nTôt le matin, le 29 août, un missile nord-coréen traverse le ciel japonais. Les observateurs redoutent aussitôt une escalade des tensions entre les deux Etats. Mais comment l'alerte a-t-elle été vécue au sol ? Originaire de Paris, Thomas est expatrié au Japon depuis avril avec sa compagne. Il raconte en exclusivité pour RMC.fr comment il a vécu ce moment de panique.

Thomas, 31 ans, est expatrié au Japon depuis avril. Il voyageait sur l'île d'Hokkaido, qui a été survolée par le missile nord-coréen.

"Hier soir, ma copine et moi faisons le tour d'Hokkaido dans un van que nous avons loué. On est arrivés tard dans la ville de Wakkanai et on s'est installé dans les hauteurs, de façon à avoir une belle vue pour le matin.

On s'est couché à l'arrière du véhicule aménagé, avant d'être réveillé ce matin, en sursaut. Il y a eu les sonneries inhabituelles de nos iPhone, puis les sirènes de la ville de Wakkanai.

"Durant le survol du missile, on n'avait accès à aucun bâtiment"

Deux alertes en tout: la première nous annonçait qu'un missile nord-coréen arrivait. Durant le survol du projectile, on a reçu pour règle de se mettre à l'abri dans un bâtiment solide, ou en sous-sol. A ce moment, nous n'avons accès ni à l'un ni à l'autre..

On a pu traduire les messages qui arrivaient sur nos téléphones, en japonais, grâce à Google traduction…On était un peu stressés et engourdis par le réveil. Mais pas spécialement paniqués.

La deuxième alerte nous disait que le missile était passé au-dessus de nous, et que l'on devait se rapprocher de la police ou des pompiers. Les traductions étant approximatives. On a choisi de décamper en direction de la mairie de la ville, qui était fermée à 6h du matin.

"On apprend que le missile s'est écrasé en mer"

Mais on a croisé un habitant qui nous a dit que tout était 'cool'. Tous les Japonais que l'on a croisés étaient très décontractés. Ca nous a rassuré. Au début en revanche, on ne croisait absolument personne, ce n'était pas la joie...

"On s'est quand même rendu dans un commissariat de quartier. Le policier nous a dit que le missile s'était écrasé en mer... Nous cherchions des infos sur le web mais elles ont mis presque une heure à apparaître. C'est là que l'on a appris que le missile était passé au sud d'Hokkaido, alors que nous étions au nord."

La Corée du Nord est une menace qui est présente depuis notre arrivée au Japon, en avril dernier. Ce que l'on a appris des Japonais, c'est qu'ils sont fidèles à leur réputation: organisés, ordonnés et préparés à tout, que ce soit les tremblements de terre, tsunamis ou problèmes nucléaire.

Je ne sais pas s'ils ont une vraie stratégie de défense, mais je sais que s'il arrive quelque chose de grave, la seule chose que nous aurons à faire, c'est de trouver le premier groupe de Japonais dans la rue, et de faire comme eux."

Propos recueillis par Paul Conge