RMC

Isabelle, la mère de Chloé: "J'ai crié, elle ne m'a pas répondu..."

La résidence où Chloé a été enlevée par un homme, alors qu'elle jouait avec une de ses amies, mercredi après-midi à Calais.

La résidence où Chloé a été enlevée par un homme, alors qu'elle jouait avec une de ses amies, mercredi après-midi à Calais. - Philippe Huguen - AFP

Isabelle, la maman de Chloé, la fillette de 9 ans enlevée et assassinée mercredi après-midi à Calais, a accepté de témoigner en exclusivité sur RMC.

Elle venait de fêter ses 9 ans. Elle avait "la joie de vivre", comme tous les enfants de son âge. Chloé jouait avec une de ses amies sur une aire de jeux près de son domicile quand elle a été enlevée par un homme qui s'est enfui avec elle à bord d'une Seat rouge. Deux heures plus tard, la fillette était retrouvée assassinée. Un suspect, plusieurs fois condamné, a été rapidement interpellé par les policiers.

"Quand je suis redescendue on m'a dit 'on t'a pris Chloé'"

Isabelle, la maman de Chloé, a accepté de témoigner chez Jean-Jacques Bourdin ce mercredi matin. Alors qu'elle surveillait Chloé et sa camarade, elle a dû s'absenter pour changer ses deux autres enfants. L'homme en a profité pour enlever sa fille. "Je partais juste 5 minutes avec les deux petits pour les changer et je redescendais tout de suite, raconte Isabelle sur RMC. Quand je suis redescendue on m'a dit 'on t'a pris Chloé'. J'ai crié, et quand je suis arrivée de l'autre côté, elle était derrière les poubelles et il y avait le gars. Il a pris Chloé par le bras, il a couru et il est parti. Quand j'ai crié, elle ne m'a pas répondu. Elle était allongée par terre et il l'a soulevée. Je ne sais pas ce qu'il lui a fait avant, parce qu'elle ne s'est pas débattue. Elle n'a rien fait et n'a même pas crié. J'ai vu la voiture partir. Comme j'ai crié, tout le monde est sorti. J'ai appelé la police, ils sont arrivés 5 minutes après".

"Ça va être très dur"

"J'ai vu l'homme de dos, poursuit-elle. Je ne l'avais jamais vu. La voiture était bien garée, il devait être là depuis un petit moment". Maintenant, malgré le soutien de ses proches, Isabelle le sait, "ça va être très dur" de vivre sans sa fille.

P. G. avec Jean-Jacques Bourdin