RMC

Koh Lanta: "L’impression d’être les dindons de la farce", "Apolline Matin" craque après le dernier épisode

Dans "Apolline Matin", ce mercredi sur RMC, le dernier épisode de Koh Lanta après une saison marquée par des tricheries a été très mal vécu.

Des tricheries… et pas de vainqueur. L’épisode final de Koh Lanta, pour sa saison des légendes ce mardi soir, a laissé sur leur faim beaucoup de fans de l’émission de TF1, qui ont veillé pour entendre l’animateur Denis Brogniart rapidement annoncer qu’aucun des candidats ne serait récompensé et que les 100.000 euros promis iraient au fonds pour Bertrand-Kamal de lutte contre le cancer. Tout ça parce que des repas clandestins, et autres pains au chocolat négociés, ont été révélés ces dernières semaines.

"Sidérant… Je suis sans voix. Je me suis couchée le cœur brisé !, a lâché Apolline de Malherbe ce mercredi matin dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story. On a l’impression d’être les dindons de la farce." Et même "pris pour des cons", selon Nicolas Poincaré. "Si vous avez lu Le Parisien depuis une dizaine de jours, vous savez tout, a-t-il ajouté. Je ne m’en remets pas. La production aurait pu soit tout nous dire, soit nous rien dire."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

"La production a sa part de responsabilités"

Dans la nuit, Denis Brogniart a rappelé sur Twitter qu’il ne s’agissait "que d’un jeu". "C’est ce qui m’a énervé le plus, a expliqué Apolline de Malherbe. Ils nous font vivre la chamade, on a le cœur qui bat, on attend chaque épisode comme des dingues, on se couche à pas d’heure, on attend 21h17 pour la fin du générique et on est là quand même, au taquet. Et à la fin, le même qui nous fait monter dans les tours, dit que ce n’est pas grave, que ce n’est qu’un jeu…"

"Je trouve quand même que la production a sa part de responsabilités et que c’est un peu dégueulasse de rejeter toute la faute, a-t-elle aussi estimé. Vous affamez les gens, c’est inhumain… La production a fini par céder, elle n’a peut-être pas contrôlé comme elle aurait dû le faire. Une petite forme de mea culpa ne nous aurait pas déplu."

LP