RMC

L'obésité reconnue comme un handicap: "Avancée" ou "risque de discrimination"?

"Dans toute structure, le gros est considéré comme un malade volontaire parce qu'il refuse de se faire opérer ou parce qu'il mange trop", dénonce Maud Hospital sur RMC.

"Dans toute structure, le gros est considéré comme un malade volontaire parce qu'il refuse de se faire opérer ou parce qu'il mange trop", dénonce Maud Hospital sur RMC. - Paul Ellis - AFP

La décision ce jeudi de la Cour de justice de l'Union européenne de considérer l'obésité comme un handicap dans le monde professionnel divise. Maud, membre d'une association de défense des personnes en surpoids y voit une avancée. Marie, craint, elle, qu'elle n'entraîne des discriminations à l'embauche.

L'obésité peut être considérée comme un "handicap" si elle rend difficile la vie professionnelle de la personne qui en souffre, et être invoquée dans des affaires de discrimination, a jugé jeudi la Cour de justice de l'Union européenne. La Cour avait été saisie par la justice danoise sur le cas d'un assistant maternel qui estimait avoir été licencié parce qu'il était obèse, avec un poids supérieur à 160 kg.

Un européen sur cinq est en surpoids, selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ils pourront dorénavant être protégés dans les entreprises en tant que handicapé au travail.

"Une avancée extraordinaire"

"C'est une avancée extraordinaire", s'est réjouie Maud Hospital, membre de l’association “Allegro Fortissimo”, une association de défense des personnes en surpoids. "Ça va à l'encontre des discriminations qui sont faites contre les gros, a-t-elle poursuivi chez Jean-Jacques Bourdin. J'espère que ça va faire jurisprudence et que ça va forcer nombre de personnes à prendre conscience que la personne en surpoids reste une personne avant toute chose, et que cela va les pousser à un certain respect qu'on nous refuse depuis un certain temps".

Elle en a profité pour dénoncer les préjugés contre les personnes obèses. "Dans toute structure, le gros est considéré comme un malade volontaire parce qu'il refuse de se faire opérer ou parce qu'il mange trop".

"Cela va aboutir à une discrimination à l'embauche"

Marie a appelé le 32-16 pour réagir elle aussi à cette décision de la Cour de justice de l'Union européenne. Cette infirmière dans les Bouches-du-Rhône a pesé jusqu'à 187 kilos, mais a réussi à perdre 100 kilos grâce à un anneau gastrique. Si elle pense que "cela peut-être une bonne mesure, elle émet cependant un bémol. "Cette loi m'interpelle, parce qu'un employeur, quand il va voir arriver une personne de forte corpulence, il va se dire 'ouh là là', et cela va aboutir à une discrimination à l'embauche. Cela risque de le rebuter".

C'est d'ailleurs la crainte également du Forum britannique anti-obésité (National Obesity Forum) qui estime que la Cour a "ouvert une boîte de Pandore pour tous les employeurs". "On va leur demander de modifier leur mobilier, d'agrandir leurs portes et de tout adapter en fonction des personnes obèses", anticipe le Forum, qui pense que "cela va également générer des tensions dans l'entreprise entre les personnes obèses et les autres".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin