RMC

La cote de Nicolas Sarkozy en baisse, selon LH2

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy baisse de deux points à 32% d'opinions positives, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur. /Photo prise le 26 septembre 2011/REUTERS/Eric Feferberg/Pool

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy baisse de deux points à 32% d'opinions positives, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur. /Photo prise le 26 septembre 2011/REUTERS/Eric Feferberg/Pool - -

PARIS (Reuters) - La cote de popularité de Nicolas Sarkozy baisse de deux points à 32% d'opinions positives, et celle de François Fillon monte d'un...

PARIS (Reuters) - La cote de popularité de Nicolas Sarkozy baisse de deux points à 32% d'opinions positives, et celle de François Fillon monte d'un point à 46%, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur.

Selon cette enquête publiée mardi, 64% des personnes interrogées ne font pas confiance au chef de l'Etat, contre 61% le mois dernier.

La popularité du président de la République s'érode auprès des soutiens traditionnels de la droite, tels que les personnes les plus âgées (-8 points chez les 50-64 ans ; -2 points chez les 65 ans et plus) et les retraités (-4 points ; 42%).

La chute est encore plus forte auprès des sympathisants UMP avec -9 points (73% contre 82%).

Nicolas Sarkozy avait déjà perdu 5 points auprès des sympathisants UMP en septembre et sa popularité auprès de cette population n'a jamais été aussi faible depuis le début de l'année.

Avec un taux d'opinions favorables en hausse d'un point, à 46%, le Premier ministre semble profiter - ou en tout cas ne pas pâtir - de sa faible présence médiatique ces dernières semaines. François Fillon recueille 47% d'opinions négatives.

Sa popularité se dégrade auprès des proches de la droite en perdant 10 points (67%), ce qui est de nature à interpeller les leaders de la majorité à quelques mois de l'élection présidentielle, selon LH2.

Le sondage a été réalisé les 7 et 8 octobre auprès d'un échantillon de 953 personnes âgées de 18 ans et plus.

Gérard Bon

REUTERS